/news/green
Navigation

Ottawa mandate un panel d’experts pour étudier les risques du déversement à Montréal

Un de ceux-çi s’oppose au projet de déversement envisagé par Montréal

Bloc Eaux usées déversement Fleuve Montréal
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Environnement Canada a mandaté un comité d'experts indépendants pour analyser le problème du déversement d'eaux usées dans le fleuve. Un de ces experts s'affiche déjà contre le projet de la Ville de Montréal, a rapporté TVA Nouvelles.

C'est hier que devaient être déversés ces huit millions de litres d'eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent.

À la date qui avait été prévue, Environnement Canada a décidé de dévoiler l'identité des experts chargés d'analyser le projet de la Ville de Montréal. Le panel sera formé de Robert Hausler, professeur à l’École de technologie supérieure (ETS), Viviane Yargeau, professeure agrégée et ingénieure, Département de génie chimique de l’Université McGill et Daniel Cyr, professeur à l’INRS–Institut Armand-Frappier (Université du Québec).

De l’opposition

Fait surprenant, avant même que le comité n'amorce ses travaux, un de ses experts s'affiche déjà contre le déversement.

En fait, le 10 octobre dernier, le professeur Daniel Cyr critiquait vivement le projet de la Ville de Montréal.

«On dit: "Il n'y aura pas d'effets. Ne vous inquiétez pas, il n'y aura pas d'effets". Ça, ce n'est pas vrai», avait également dit le toxicologue.

Malgré sa position contre le déversement, Daniel Cyr a obtenu le mandat de conseiller Environnement Canada, sur l'analyse des impacts environnementaux, la recherche des alternatives au déversement et sur les mesures de surveillance entourant le déversement.

Il est pertinent de se demander pourquoi choisir cet expert pour examiner un projet auquel il est déjà farouchement opposé. Malgré tout, Daniel Cyr, joint par téléphone hier, assume sa prise de position.

«Environnement Canada a été avisé de l'entrevue que j'ai faite», s'est défendu le professeur.

Se retirer du projet

Mais il n'exclut pas la possibilité de se retirer du comité indépendant si son opinion pose problème.

«Si vraiment je me sens incapable de prendre une position éthique, je vais me retirer», a conclu M. Cyr.

Le comité d'experts indépendants a jusqu'au 2 novembre prochain pour remettre son rapport. C'est à ce moment que le ministère fédéral de l'Environnement rendra sa décision, à savoir s'il permet ou s'il refuse le déversement d'eaux usées.

L’expérience

En soirée, Environnement Canada a expliqué avoir choisi des experts possédant l'expérience pertinente pour ce contrat dans les domaines du génie, de la construction et de la toxicologie environnementale.

«Nous avons choisi des experts dans ces trois domaines pour nous assurer de détenir une analyse scientifique rigoureuse et approfondie pour ce projet», a affirmé le ministère fédéral.