/elections/pc
Navigation

Victoire écrasante de Gérard Deltell

Quebec
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc Gérard Deltell en compagnie de Pierre Paul Hus, a remporté haut la main son pari au fédéral.

Coup d'oeil sur cet article

Six mois après avoir claqué la porte de la CAQ, Gérard Deltell a remporté haut la main son pari au fédéral avec les conservateurs dans Louis-Saint-Laurent. Il renouera toutefois avec les banquettes de l'opposition.

Ce n'était certainement pas le scénario rêvé pour le candidat vedette qui a repris la circonscription au NPD en récoltant plus de 50% des voix devant le libéral Youri Rousseau (21%), le néodémocrate G. Daniel Caron (16%) et le bloquiste Ronald Sirard (10%).

Sa victoire personnelle éclatante – par près de 19 000 voix au moment d'écrire ces lignes – a été assombrie par la performance nationale du PCC, chassé du pouvoir. «Évidemment, ce n’était pas le plan de match... Cela dit, on est des vrais démocrates», a réagi M. Deltell qui a remercié ses électeurs.

«Merci d’avoir envoyé au Canada tout entier le message que les gens de Québec sont conscients du fait qu’il faut gérer les fonds publics avec beaucoup d’attention. La voix conservatrice va se faire entendre encore plus fort à Ottawa, venant du Québec», a-t-il déclaré, fier des gains de son parti à Québec.

HOMMAGE À HARPER

M. Deltell ne s'est pas risqué à tenter d’expliquer la déconfiture de son parti et il a rendu hommage à Stephen Harper qui a démissionné.

Quebec
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc

«C'est une décision personnelle et nous la respectons. C’est un homme qui a énormément donné à la chose publique, qui aura marqué l’histoire du Canada par une gestion très rigoureuse des fonds publics. J’aurais souhaité qu’il reste, pour être bien honnête avec vous, j’appréciais beaucoup son leadership», a-t-il réagi en fin de soirée.

Le point de presse improvisé qu'il a donné, à La Cage de L'Ancienne-Lorette, a été interrompu par deux hommes qui l’ont chahuté et lui ont lancé des cartons «Stop Harper». Qualifiés d’«imbéciles» par le député fraichement élu, ils ont été expulsés manu militari.