/elections/bq
Navigation

Le Bloc «tributaire» des vagues

Si aucun rassemblement régional du Bloc québécois n’était prévu à Québec, une soixantaine de partisans se sont réunis avec le candidat Charles Mordret au Salon d’Edgar.
Photo Journal de Québec, Daniel Mallard Si aucun rassemblement régional du Bloc québécois n’était prévu à Québec, une soixantaine de partisans se sont réunis avec le candidat Charles Mordret au Salon d’Edgar.

Coup d'oeil sur cet article

Relégué au quatrième rang dans la majorité des circonscriptions de la région de Québec, le candidat du Bloc Québécois dans Québec, Charles Mordret, admet que son parti est «tributaire» des électeurs qui «fonctionnent par vagues».

Si aucun rassemblement régional du Bloc québécois n’était prévu à Québec, une soixantaine de partisans se sont réunis avec le candidat Charles Mordret au Salon d’Edgar. Terminant quatrième dans la circonscription de Québec, le candidat n’a pu que constater le verdict des citoyens.

«C’est très clair que l’objectif de beaucoup d’électeurs était de se débarrasser du gouvernement conservateur», a dit M. Mordret.

Ayant peu à se mettre sous la dent dans le cas de leur protégé qui était loin derrière, les partisans se réjouissaient donc des petites victoires annoncées dans les autres circonscriptions du Québec avant que la défaite du chef Gilles Duceppe ne vienne noircir le tableau.

S’il constate que plusieurs souverainistes «n’ont pas cru» au véhicule bloquiste, Charles Mordret juge quand même que la mission du Bloc est toujours «essentielle pour le Québec». «On est en droit d’avoir beaucoup de doutes sur la fidélité envers le Québec du gouvernement qui vient d’être élu», a-t-il prévenu.

Charles Mordret, qui est revenu au Québec après une carrière dans le divertissement à l’international, notamment pour faire de la politique, souhaite donc que son parti soit plus vigilant que jamais.

«Historiquement, pour le Québec, il y a de très grandes luttes qu’on a dû mener avec ce parti qui a encore ses preuves à faire quand on parle de fidélité au Québec», donnant l’exemple de la loi sur la clarté référendaire, qui est «un non-respect de la démocratie québécoise».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.