/homepage
Navigation

1000 points de recharge pour voitures électriques à Montréal d’ici cinq ans

1000 points de recharge pour voitures électriques à Montréal d’ici cinq ans
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

D’ici 2020, 1000 places de stationnement à Montréal seront strictement réservées aux véhicules électriques qui se rechargent à l’aide d’une borne.

La ville et le gouvernement du Québec ont annoncé dimanche l’installation de 106 nouveaux points de recharge pour l’année 2016 et Montréal en vise 1000 d’ici cinq ans. Les bornes seront installées proche de la rue et les véhicules en recharge seront sur des cases de stationnement déjà existantes, tarifées ou gratuites.

Le maire Denis Coderre affirme que l’électrification des transports est un choix de société et il veut faciliter la recharge des véhicules sur l’île de Montréal.

«De façon très concrète et ponctuelle, c’est sur qu’il y a une flexibilité qui va être associée au niveau de la politique du stationnement. Mais ce virage là, on le prend et on va le réaliser», explique-t-il.

Québec veut décupler à 100 000 le nombre de voitures électriques et hybrides sur les routes du Québec d’ici 2020 alors que Montréal vise de son côté à électrifier les véhicules en libre-service et les taxis.

Implantées dès novembre

Les 16 premiers points de recharge du projet seront installés sur la rue Saint-Antoine dès la fin novembre, à proximité du Palais des congrès. Trente-sept autres emplacements seront opérationnels d’ici le printemps prochain.

Le conseil municipal de Montréal doit débloquer lundi un budget de 415 000$ pour l’achat de 25 bornes doubles de 240 volts et de trois bornes à recharge rapide à l’entreprise AddÉnergie Technologies, dans un contrat de gré à gré.

Le gouvernement du Québec s’est de son côté engagé à financer une partie de la construction de 53 emplacements supplémentaires. Sa contribution, encore inconnue, pourrait aller jusqu’à 40%, indique l’attachée de presse du ministre des transports du Québec Robert Poëti.

«Nous avons prévu une enveloppe de 500 000$ pour financer des bornes sur des artères commerciales à Montréal et à Québec», précise Anne-Catherine Couture.

Mieux sur la rue

Ces points de recharge sur rue s’ajouteront aux quelques dizaines de bornes de 240 volts hors-rue qu’on retrouve dans différents stationnements de bibliothèques, de parcs ou de centres communautaires à travers Montréal.

Sylvain Ducas, directeur à la direction de l'urbanisme de Montréal, explique qu’il y a trois fois plus de fréquentation des bornes sur rue que des bornes hors-rues et qu’elles sont plus accessibles, ce qui explique le choix de la ville.

Montréal, qui finance l’achat, l’installation et l’entretien des bornes, bénéficiera de tous les revenus issus des recharges et les gens qui les utilisent devront payer le parcomètre si il y en a un.