/news/health
Navigation

Les soins médicaux coûteront plus cher

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette
Photo Journal de Québec, Simon Clark Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois devront payer plus cher pour obtenir des soins médicaux sans pour autant avoir un meilleur accès à leur médecin, dénoncent les partis d'opposition à l'Assemblée nationale.

«C'est sûr que ça va coûter plus cher», prédit la députée péquiste Diane Lamarre. Le PQ et la CAQ promettent de voter contre le projet de loi 20 favorisant l'accès aux services médicaux que le ministre de la Santé Gaétan Barrette s'apprête à faire adopter.

La légalisation des frais accessoires réduira l'accès aux soins et les rendra plus onéreux, croit le député caquiste François Paradis. «Ça peut être déterminant dans l'accessibilité aux soins de santé. C'est une déception majeure.»

La facturation des frais accessoires dans les cliniques médicales créera une médecine à deux vitesses, craint Diane Lamarre. Les médecins spécialistes pourront facturer des frais en clinique pour des soins dispensés gratuitement dans les hôpitaux. Québec estime à 50 millions $ la facture qui sera refilée aux patients.

«Une coloscopie peut nécessiter trois ans d'attente dans les hôpitaux. Ça va être encore plus long parce qu'il y aura un incitatif pour les médecins à travailler en clinique médicale où une coloscopie put coûter 500 $», a exposé la députée de Taillon à l'occasion d'une mêlée de presse.

Primes

Diane Lamarre doute fort que les citoyens auront un meilleur accès à leur médecins; les paramètres utilisés par le ministre ne lui permettront pas d'atteindre la cible, dit-elle. Augmenter les inscriptions des patients auprès des médecins n'a pas donné les résultats attendus sauf de générer des primes aux médecins, a souligné Mme Lamarre.

De même, l'augmentation du taux d'assiduité des médecins ne garantit pas non plus un meilleur accès, prévient-elle. «On a diminué les exigences envers les Groupes de médecine familiale (GMF). La plupart devaient être ouverts 68 heures par semaine; beaucoup de GMF pourront être ouverts de 54 à 60 heures.»

François Paradis croit pour sa part que l'adoption du projet de loi 20 coûtera plus cher à l'État en raison de l'augmentation des actes médicaux. «Les médecins sont payés à l'acte, on va multiplier le nombre d'actes médicaux, ça risque de coûter cher à la collectivité», prévoit M. Paradis.

Quotas de patients

Gaétan Barrette voulait imposer des quotas de patients aux médecins de famille, ce qui avait soulevé une vive opposition de la Fédération des médecins omnipraticiens (FMOQ). Au terme de plusieurs semaines de débats acrimonieux, le ministre a accepté de surseoir à l'application de sa loi jusqu'au 31 décembre 2017, à condition que les médecins de famille rencontrent les cibles d'inscriptions et de suivi des patients.

Il reste au ministre à s'entendre avec la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) au sujet d'une disposition par laquelle il souhaite se donner le pouvoir de modifier la répartition de la masse monétaire que doivent se partager les 35 associations de médecins spécialistes. «Ça me surprendrait que ça ne se règle pas cette semaine», a déclaré Gaétan Barrette.

«On négocie et ça va bien, il n'y a pas de raison que nous n'ayons pas d'entente avec le ministre», a commenté Nicole Pelletier, directrice des affaires publiques à la FMSQ.

Le projet de loi 20 fut déposé à l'automne 2014 et l'étude détaillée (article par article) a pris fin en milieu de journée mercredi, à l'Assemblée nationale, au terme de 141 heures de débats. Il sera adopté sous peu, le gouvernement Couillard détenant une solide majorité de sièges au Parlement.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.