/travel
Navigation

Les pour et les contre des vols au rabais

Couple on a tropical beach
Photo Fotolia S’il peut être tentant de sauter sur le vol le moins cher pour une escapade dans le Sud, certains vols à rabais engendrent certains inconvénients.

Coup d'oeil sur cet article

Les billets d’avion à bas prix vers le Sud sont souvent synonymes d’un itinéraire chaotique avec plusieurs escales. Est-ce toujours payant d’opter pour le billet le moins cher?

Si vous avez beaucoup de flexibilité dans votre horaire et vos vacances, il peut être plus acceptable de faire quelques arrêts en cours de route pour bénéficier d’un prix exceptionnel vers le Sud. Sinon, il serait dommage de perdre deux jours de vacances.

En ce qui a trait aux vols en partance de Burlington au Vermont, par exemple, il faut aussi compter le temps de déplacement (1 h 30 depuis Montréal), le coût de l’essence pour s’y rendre et revenir, ainsi que le prix du stationnement ­pendant le séjour à l’étranger (64 $ US/semaine).

Bien souvent, les vols au rabais ont un itinéraire plus long et peuvent être à peine moins coûteux, compte tenu des autres frais qu’ils engendrent.

Certains billets d’avion affichés à prix mini nécessitent parfois une escale de nuit à l’aéroport. Il faut donc ajouter le prix d’une nuitée à l’hôtel avant même d’arriver à destination. Cela dit, il n’est pas rare que l’option sans escale ou, du moins, sans escale de nuit, soit nettement plus chère, voire le double du prix. Dans ce cas, dormir à l’hôtel de l’aéroport en question demeure l’option la plus avantageuse.

Quelques exemples payants

À Toronto

L’hôtel ALT, situé à même le site de l’Aéroport Pearson, possède un gym, un bar, un casse-croûte et des lits confortables. Faire une escale de nuit à Toronto peut aussi être l’occasion d’aller faire un tour en ville pendant quelques heures. Dans le cas du ALT, il fait partie du ­circuit du service de navette Up Express qui relie l’aéroport au centre-ville en 25 minutes (53 $ aller-retour). Sinon, on peut demeurer à l’hôtel pour profiter des lieux. À 154 $ la nuitée, c’est un rapport qualité/prix qui peut rendre les vols au rabais avantageux et agréables, malgré l’itinéraire chaotique.

www.althotels.com

À New York

À partir de l’aéroport John F. Kennedy, il est possible de faire une visite éclair dans la Grosse Pomme en prenant le ­métro (5 $ US), qui fonctionne 24 h/24. De l’aéroport La Guardia, le trajet doit se faire en bus et en métro. C’est un peu plus complexe, mais faisable. À partir de l’aéroport Newark, la façon la plus abordable de rallier le centre-ville est de prendre l’Express bus au coût de 13 $ US.

Dans les salons des compagnies aériennes

Si l’escale est un peu trop serrée pour sortir de l’aéroport, il est possible de se procurer un accès au salon d’accueil de la compagnie aérienne avec laquelle vous voyagez, même si vous volez en classe économique. Le coût varie en fonction de la compagnie, mais cela peut constituer une option intéressante pour se reposer entre deux vols.

Au bout du compte, l’important est d’évaluer l’option qui vous apportera le meilleur retour sur investissement.