/lifestyle/health
Navigation

La cinquième maladie expliquée

Coup d'oeil sur cet article

Catherine, 35 ans, de Québec, se questionne sur la cinquième maladie contractée par son fils de cinq ans.

Roséole, rougeole, rubéole et scarlatine ont été les quatre premières maladies infantiles dont les agents infectieux ont été identifiés. Puis un jour, on découvrit une nouvelle éruption cutanée infectieuse, causée, celle-ci, par un type de virus appelé parvovirus B19.

Comme cette maladie était la cinquième en liste, on l’appela simplement: la cinquième maladie. Elle touche de préférence les enfants entre l’âge de quatre et 10 ans. Les adultes qui n’ont pas eu cette maladie lorsqu’ils étaient enfants risquent de l’attraper, mais dans une bien faible proportion. Les symptômes de la maladie ainsi que son pronostic sont différents chez les enfants comparativement aux adultes.

Toux et éternuement

Comme ils n’ont jamais été en contact avec le virus, les enfants sont beaucoup plus susceptibles d’attraper la maladie. C’est par les gouttelettes de mucus et d’eau projetées lors d’une toux ou d’un éternuement que le parvovirus B19 se transmet d’une personne infectée à une autre. Le temps d’incubation du virus peut varier de quatre à 14 jours.

Les premiers symptômes de la maladie sont une éruption cutanée sur les joues, un peu comme si l’enfant avait reçu une gifle. Puis, des taches rouges ressemblant à de la dentelle recouvrent les bras, les jambes, l’abdomen et le dos. Toutes ces éruptions disparaîtront spontanément en sept à 10 jours. Ces symptômes peuvent apparaître et disparaître durant quelques semaines. Près du quart des enfants ne présentent aucun symptôme. La cinquième maladie n’est contagieuse qu’au début de celle-ci.

Dès que les éruptions apparaissent, la maladie n’est plus contagieuse. Dans la très grande majorité des cas, la maladie n’engendre pas de complications. Seuls sont réellement à risque les enfants souffrant d’un type d’anémie appelé anémie hémolytique chronique ou de drépanocytose et ceux qui ont une maladie du système immunitaire.

Adultes moins à risque

Les adultes présentent beaucoup moins de risque de contracter la cinquième maladie (environ 30 %). Chez les adultes, les symptômes sont le plus souvent inapparents. Certains peuvent souffrir de douleurs articulaires durant la maladie. Les seuls adultes chez qui la maladie peut causer des problèmes sont les femmes enceintes. Si elles contractent la maladie durant la première moitié de la grossesse, il y a un faible risque de perdre le bébé. Le virus peut être transmis de la mère au bébé. Par contre, le bébé ne risque aucune malformation congénitale à partir de ce virus.

En somme, il n’existe à l’heure actuelle aucun vaccin qui puisse prévenir la cinquième maladie. Les mesures d’hygiène pour éviter de répandre la maladie sont les mêmes que pour le rhume ou la grippe: tousser dans sa manche, se laver les mains souvent et jeter immédiatement ses papiers-mouchoirs en constituent les éléments essentiels.

Les rêves intriguent toujours

Henri, 57 ans, de Beauport, demande quelle est l’utilité des rêves.

Au fil des siècles, les rêves ont bien intrigué les humains. Au début, on y voyait une manifestation prémonitoire. Les anciens cherchaient dans leurs rêves des indices sur ce qui allait leur arriver.

Du rêve prémonitoire, un éminent psychiatre allemand, Sigmund Freud, allait créer un tout nouvel outil thérapeutique: la psychanalyse.

Pour Freud, les rêves représentaient l’expression de pulsions refoulées et non avouables. En analysant les rêves de ses patients, Freud pouvait identifier ces pensées refoulées dans le subconscient et ainsi en délivrer ses patients.

Résonance magnétique

L’imagerie par résonance magnétique a aussi mis en lumière d’autres utilités des rêves. Ils permettraient de faire le tri parmi les diverses expériences vécues durant le jour et de ne conserver en mémoire que celles qui risquent d’être utiles plus tard. Prémonition, psychanalyse ou mémorisation, le rêve conserve encore de nos jours plusieurs de ses secrets.

Pour joindre le Dr Fortin

lecourrierdudoc@quebecormedia.com