/entertainment/shows
Navigation

Fougue et passion

Elyzabeth Diaga revisite avec aplomb 40 années de rock féminin

Elyzabeth Diaga a énormément de plaisir sur les planches à interpréter 40 années de rock féminin.
Photo Le Journal de Québec, Stevens LeBlanc Elyzabeth Diaga a énormément de plaisir sur les planches à interpréter 40 années de rock féminin.

Coup d'oeil sur cet article

Vingt-cinq chanteuses, 43 extraits de chansons: Elyzabeth Diaga livre avec son spectacle Queens of Rock, un bel hommage à quatre décennies de rock féminin.

Présenté à L’Assomption, Brossard et Gatineau, Queens of Rock s’arrêtait pour la première fois jeudi à Québec, à l’Impérial Bell.

La chanteuse, qui fait partie de Rock Story, pige dans un vaste répertoire qui vient de Heart, Pat Benatar, Joan Jett, Tina Turner, Eurytmics, Alanis Morissette, No Doubt, Madonna, Adele, Lady Gaga et plusieurs autres.

Elle est totalement à l’aise sur les planches dans un enchaînement de chansons qui représente la trame sonore de sa vie.

Solides relectures de Heart

Diaga fait mouche avec de solides relectures de Heart, soit Crazy on You, Dreamboat Annie, Magic Man et Barracuda, bien appuyée par quatre musiciens. On sent une belle complicité lorsqu’elle livre le matériel des sœurs Wilson.

Son pot-pourri québécois, composé de Call Girl, Illégal et Oxygène, a fait réagir le public, qui ne s’est pas fait tordre un bras pour l’accompagner vocalement.

Elyzabeth Diaga chausse même des patins à roulettes, dans un clin d’œil bien assumé aux années 80, avec le triplé Rapture, One Way or Another et Call Me, de Blondie.

Vêtue d’une flamboyante robe noire en deuxième partie, elle plonge dans les années 90 et 2000 et fera lever le public avec Love Is, d’Alannah Myles.

Crédible vocalement

Elle est particulièrement spectaculaire vocalement dans Alone, de Heart, avec de superbes montées et où elle recevra une belle ovation.

Le spectacle est constitué principalement de pots-pourris, mais on aurait le goût d’entendre quelques versions complètes, et c’est peut-être le seul petit bémol que l’on peut présenter à propos de Queens of Rock.

Des titres comme Hit Me With Your Best Shot (Pat Benatar), Magic Man (Heart), Zombie (The Cranberries), Would I Lie to You? (Eurythmics) auraient été intéressants à entendre dans leur totalité.

Après des versions «rockifiées» de Music (Madonna), Rollin’ in the Deep (Adèle) et Born This Way (Lady Gaga), la chanteuse a mis un terme à sa prestation avec, en rappel, Stairway to Heaven.

Énergie et plaisir

Elyzabeth Diaga livre avec Queens of Rock un solide tour de chant. Ses interprétations, qui ne sont pas des imitations, sont livrées avec énergie, plaisir, fougue et passion.

Elle est juste et crédible vocalement dans le répertoire des 25 reines qu’elle incarne à sa façon.