/news/health
Navigation

Petits fruits et oméga-3 à la rescousse des neurones

Des chercheurs s’intéressent aux aliments bons pour le cerveau

Coup d'oeil sur cet article

Consommer des petits fruits, des oméga-3 ou de la vitamine A aurait des effets bénéfiques sur le cerveau, croient des chercheurs de l’Université Laval qui s’allient à des collègues français afin de mieux comprendre le rôle de l’alimentation dans le bon fonctionnement des neurones.

L’Université Laval et ses partenaires français, l’Université de Bordeaux et l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), ont annoncé hier la création du Laboratoire international OptiNutriBrain.

«Dans notre cerveau, on retrouve l’image miroir de ce qu’on retrouve dans notre assiette. Nos ancêtres mangeaient beaucoup de petits fruits, ce qui est moins le cas aujourd’hui. Notre but est de définir une alimentation optimale à toutes les étapes de la vie, afin de se protéger de certaines maladies», a exposé Frédéric Calon, chercheur à l’Institut sur la nutrition et les aliments fonctionnels (INAF) de l’Université Laval, qui codirigera ce laboratoire avec la neurobiologiste Sophie Layé, directrice de recherche à l’INRA.

La Pre Layé est reconnue à l’échelle internationale pour ses travaux sur le lien entre la nutrition, le fonctionnement cérébral et le comportement.

Nutrition et dépression

M. Calon s’est quant à lui distingué par ses travaux sur la façon dont les oméga-3 peuvent contrer les symptômes de la maladie d’Alzheimer ou de la maladie de Parkinson et les accidents vasculaires cérébraux.

«Une personne sur trois sera touchée par une maladie du système nerveux au cours de sa vie. Cela représente un fardeau immense au niveau planétaire. La dépression est la première cause de handicap dans le monde», a souligné le Pr Calon.

Les chercheurs s’intéresseront notamment à la façon dont une alimentation déficiente pendant l’enfance affecte la santé du cerveau à long terme. Ils évalueront également les conséquences d’une nutrition déséquilibrée sur le développement de maladies psychiatriques telles que la dépression et de maladies neurodégénératives liées au vieillissement.

Polyphénols et probiotiques

Les équipes de recherche étudieront les propriétés de différentes molécules bioactives potentiellement bonnes pour la santé du cerveau. On pense entre autres aux acides gras polyinsaturés, aux polyphénols, aux prébiotiques et aux probiotiques.

Le Laboratoire OptiNutriBrain vise également un partenariat avec l’industrie dans la mise au point de médicaments et de nutriments bioactifs.