/entertainment/music
Navigation

Mylène Farmer s’offre Sting

Mylène Farmer s’offre Sting
photo reuters

Coup d'oeil sur cet article

Après trois ans d’absence, Mylène Farmer revient avec Interstellaires, un dixième album sur fond de voyages métaphoriques et de renouveau musical. Rencontre avec l’insaisissable chanteuse et Sting, avec qui elle signe un duo sur Stolen Car.

Après trente ans de carrière et plus de 10 millions d’albums vendus, la sortie d’un nouvel opus de Mylène Farmer est toujours un événement. Trois ans après Monkey Me, celle qui a marqué le paysage musical français avec les paroles, la musique et les clips de Libertine, Sans contrefaçon ou encore Pourvu qu’elles soient douces est de retour avec Interstellaires.

Pour ce dixième album, exit Laurent Boutonnat, son acolyte de toujours, et place à Martin Kierszenbaum (Lady Gaga, Madonna), The Avener, et Sting pour un duo envoutant sur Stolen Car.

«Partager une chanson avec Sting était l’un des rêves de ma vie, a dit Mylène Farmer à l’Agence QMI, dans la suite d’un hôtel parisien. Je me suis déplacée à Londres pour assister à l’un de ses spectacles et à New York pour sa comédie musicale The Last Ship. Lorsque je lui ai demandé s’il voulait faire un duo avec moi, il a tout de suite accepté.»

Difficile de dire non aux talents de Mylène Farmer.

«Je dis toujours oui, en particulier à une belle femme!, a commenté Sting. Ces choses-là arrivent par accident et, dans notre cas, c’est un succès. Nous avons réussi à créer quelque chose d’unique, de puissant.»

Une chimie évidente opère entre les deux artistes dans ce titre composé par Sting en 2003, et en partie adapté en français par Mylène Farmer.

«C’est Martin (Kierszenbaum, NDLR) qui a demandé à Sting quelle chanson il souhaitait interpréter avec moi; il a tout de suite pensé à Stolen Car, a expliqué Mylène Farmer. L’idée était de créer un dialogue avec ce voleur de voiture, ce supposé mari-amant, et c’était un exercice très intéressant pour moi que de pouvoir y mettre ma patte. Cette chimie s’est très vite imposée à moi. Nous sommes devenus amis, c’est quelqu’un que j’apprécie énormément, donc il n’a pas été très difficile de faire transparaître nos deux caractères dans le clip. Sting est très généreux, très sensible, il vous accompagne, donc c’est très agréable de travailler avec lui.»

Un album international

Même si Mylène Farmer s’est déjà acoquinée avec des artistes internationaux par le passé, c’est la première fois que la chanteuse propose un album à l’échelle internationale.

«Le but premier de cet album n’est absolument pas de conquérir les États-Unis, a-t-elle précisé. Je connaissais Martin pour ses compositions, et je voulais travailler avec lui. Le fait est qu’en plus d’être compositeur, musicien et producteur, il est aussi patron de label (Cherrytree Music Compagny, NDLR). Il a simplement eu la gentillesse et la bonne idée de me mettre sur son label.»

Pour Martin Kierszenbaum, sortir Interstellaires aux États-Unis était une évidence.

«Ses compositions sont tellement puissantes et de classe internationale, que les internautes ont déjà commencé à la découvrir, a souligné le producteur. Le phénomène est en marche, les gens admirent et respectent la musique de Mylène. C’est un honneur pour moi de sortir cet album aux États-Unis.»

Rêver d’un ailleurs

Dans Interstellaires, Mylène Farmer aborde des thèmes qui lui sont chers: l’amour, le désir, la mort, mais aussi le voyage.

Un sujet qu’elle a développé durant une immobilisation forcée à la suite d’une fracture du tibia et du péroné en mars dernier.

«J’ai été bloquée pendant un certain temps, donc j’ai voyagé dans mon lit (rires). Durant cette période, j’ai beaucoup travaillé sur l’album et sur le conte philosophique de Michel Onfray (L’Étoile polaire, NDLR) pour lequel j’ai réalisé les illustrations. Ces deux choses m’ont sauvée.»

Autre thème récurrent, celui de l’ennui, qui peut être aussi destructeur que créatif.

«C’est dans les moments de profonds ennuis que je trouve des pulsions de vie. Ils me poussent vers des projets, me donnent envie de bondir, de créer. Ils sont bêtement ou tristement nécessaires, car ils ravivent les flammes. Mais je n’écris pas par ennui, j’écris, car c’est une question de survie.»

Envie de Québec

Née à Pierrefonds, Mylène Farmer a passé les huit premières années de sa vie au Québec avant que sa famille regagne la France.

«J’ai très peu de souvenirs du Québec, a-t-elle confié. Il m’évoque essentiellement le froid, la neige, et les étendues de glace. Il m’évoque aussi probablement des paysages, mais on se récrée des souvenirs qui ne sont pas réellement les nôtres.»

L’artiste ne s’est encore jamais produite dans la Belle Province. Chose qui sera peut-être corrigée lors de sa prochaine tournée.

«J’y suis allé il y a très longtemps pour un petit voyage, et j’ai vraiment envie d’y retourner. Je ne m’y suis jamais produite, mais j’aimerais.»