/news/world
Navigation

Déraillement d'un TGV: des enfants à bord du train

Fire brigade and investigators work at the scene of the wreckage of a test TGV train that derailed and crashed, killing at least ten people, on Saturday in a canal outside Eckwersheim
Photo Vincent Kessler / Reuters Le train aurait «déraillé en raison d'une vitesse excessive».

Coup d'oeil sur cet article

«Quelques enfants» se trouvaient à bord du train à grande vitesse français qui a déraillé samedi près de Strasbourg  au moment où il effectuait un essai, faisant au moins 10 morts et 37 blessés, a-t-on appris dimanche auprès de la compagnie ferroviaire.

«Il y avait quelques enfants à bord«, a indiqué un porte-parole de la SNCF, précisant ne pas savoir si l'on comptait certains d'entre eux parmi les personnes décédées.

«Par contre, il y en a parmi les blessés», a-t-il ajouté sans pouvoir préciser s'ils étaient «légers ou graves». 

«L'enquête doit déterminer le nombre de personnes présentes dans le train» et combien parmi elles «n'étaient pas habilitées à y être», a-t-il ajouté.

Les enquêtes «permettront d'éclairer (...) qui sont ces accompagnants, pourquoi étaient-ils à bord, dans quelles circonstances avaient-ils été admis à monter dans cette rame», a dit le PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, interrogé par la radio France Info. «Ca n'est pas une pratique que la SNCF reconnaît. On n'est pas dans une phase touristique ou dans une phase amicale. Un train de test est un train de test.»

Une équipe de 49 techniciens et cheminots étaient à bord de la rame de TGV. Le train circulait à quelque 350 km/h au moment de l'accident survenu à Eckwersheim, au nord de Strasbourg, sur la ligne à grande vitesse devant être mise en service au printemps prochain, a-t-on appris de source proche de l'enquête.

Le train aurait «déraillé en raison d'une vitesse excessive», a indiqué Dominique-Nicolas Jane, directeur de cabinet du préfet d'Alsace.

L'accident s'est produit dans une zone dépourvue d'habitations, alors que les essais sur la ligne LGV sont en cours afin de permettre de relier Paris à Strasbourg en 1h48 à partir d'avril 2016.