/sports/others
Navigation

Nager en reliant les cinq continents

L’athlète de 44 ans aura besoin de 80 jours pour tenter de réaliser son exploit

SPO-NATATION-NORMAND-PICHE
PHOTO COURTOISIE, ANNIE-CLAUDE ROBERGE Normand Piché s’entraîne une trentaine d’heures par semaine en piscine et en eau vive.

Coup d'oeil sur cet article

Grand rêveur, Normand Piché a un nouveau défi en tête: relier cinq continents à la nage. Pour cette aventure prévue dès l’été 2016, Piché profite actuellement des journées d’automne pour s’entraîner en eau froide.

Il allait d’ailleurs nager dans le coin de LaSalle jusqu’au récent déversement des eaux usées. Pour des raisons évidentes, l’homme de 44 ans s’est toutefois tourné vers la région de l’Estrie.

«C’est très triste de voir cette réalité-là», a-t-il brièvement commenté.

S’il demeure préoccupé par l’écosystème, l’aventurier aime mieux parler de ce qui est positif et de ce rêve qu’il s’apprête à réaliser.

«Depuis le 1er novembre, c’est terminé les douches chaudes pour moi», a-t-il d’ailleurs noté, illustrant, de manière amusée, l’étendue des sacrifices qu’il s’impose dans le cadre de ce projet audacieux qui doit durer 80 jours.

Piché compte franchir le détroit de Gibraltar, entre l’Espagne et le Maroc, puis le Bosphore, qui relie l’Europe à l’Asie.

Il y aura aussi un périple d’environ 25 kilomètres en Indonésie, un saut dans la mer Rouge sans oublier la traversée du détroit de Béring, qui sépare l’Alaska et la Russie.

«C’est le détroit de Béring qui me fait le plus peur, même si c’est plus court avec quatre kilomètres entre l’île de la grande Diomède et la petite Diomède, a avoué Piché. La température de l’eau sera entre deux et quatre degrés Celsius. J’ai peur de ne pas être en mesure de rester dans l’eau pour faire la traversée.»

Inspiré par Sotchi

Ces jours-ci, Piché nage une trentaine de kilomètres par semaine, en piscine, mais aussi en eau vive sous la supervision d’Anastasia Polito, une triathlète de renom.

Piché était aux Jeux olympiques de Sotchi, en 2014, quand l’étincelle menant à cette folle aventure s’est manifestée. Ex-copain du patineur artistique Eric Radford, il a notamment été charmé en voyant différents athlètes recevoir leur médaille olympique.

«Je trouvais ça extraordinaire de voir l’humain atteindre son plein potentiel, a-t-il décrit. Et c’était fantastique de voir ce que l’athlète créait sur son environnement. Il y a de la fierté jusqu’au pays d’où il vient.

«Il y a quelque chose qui s’est allumé en dedans de moi», a-t-il ajouté.

Vivre ses rêves

Après réflexion, Piché a trouvé son propre défi: celui de nager en reliant les continents. Avec les récents conflits à l’international, force est d’admettre qu’une symbolique drôlement intéressante vient de s’ajouter au projet.

Déjà, un livre est planifié. Piché a aussi prévu, au retour, quelque 80 conférences dans différentes écoles secondaires avec comme sujet principal: l’importance de croire en ses rêves.