/news/politics
Navigation

Rapport Charbonneau: l’argent de la drogue dans les contrats publics

Commission Charbonneau
Chantal Poirier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Le blanchiment d’argent provenant de la drogue est la principale motivation du crime organisé pour infiltrer les entreprises de construction, souligne le rapport de la commission Charbonneau.

«L’argent sale peut difficilement être dépensé par les criminels sans attirer l’attention des autorités policières et fiscales. Les criminels doivent donc trouver des stratagèmes leur permettant de “blanchir” ou de légitimer cet argent, explique le document. Des auteurs affirment que la présence de groupes criminels organisés dans l’industrie de la construction s’explique en bonne partie par la nécessité dans laquelle ils se trouvent de blanchir de l’argent sale.»

Ils procèdent principalement par la fausse facturation et le paiement de sommes en liquide.

Le rapport de la commission Charbonneau se penche notamment sur la façon dont le mafieux Domenico Arcuri a investi 2,2 M$ dans l’entreprise de décontamination Carboneutre. Son partenaire, Raynald Desjardins, qui fut proche du parrain Vito Rizzuto, «possédait la même capacité financière», mentionne le document.

Le Hells Angels Normand Marvin «Casper» Ouimet a aussi injecté des centaines de milliers de dollars en liquide dans plusieurs entreprises de construction.

Éluder l’impôt

«Pour des raisons similaires, du point de vue du crime organisé, l’industrie de la construction représente une occasion de mettre en place des stratagèmes d’évasion fiscale», mentionne le rapport.

La commission souligne que «quelque 50 000 chantiers voient le jour chaque année au Québec», dans toute la province. Malgré les quelque 35 000 inspections que réalise la Commission de construction du Québec, elle ne peut pas tous les surveiller, et le travail au noir perdure malgré les opérations policières qui se multiplient depuis quelques années.

La commission note que les pertes fiscales liées à la construction au Québec s’élèvent à 1,5 milliard de dollars, soit près de la moitié des pertes fiscales totales de 3,5 milliards.

En payant ses employés au noir, un entrepreneur peut déposer des soumissions moins chères, ce qui favorise le crime organisé, qui blanchit du même coup son argent liquide provenant de la drogue, des paris illégaux et de l’extorsion.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.