/sports/football
Navigation

Question qui tue, réponse magique

Question qui tue, réponse magique
Photo Reuters

Coup d'oeil sur cet article

WINNIPEG | Il est plutôt rare qu’un entraîneur déclenche les rires à s’en faire applaudir pour une réponse en conférence de presse. Mais c’est ce qui est arrivé à Rick Campbell, entraîneur-chef du Rouge et Noir d’Ottawa, hier matin.

C’est qu’il y a une question qui revient chaque année à la Coupe Grey. Tellement, qu’elle est connue sous le nom de «Jim Hunt Memorial Question».

Quelle est donc cette fameuse interrogation? Celle-ci: «J’aimerais savoir votre philosophie et vos plans, ce que vous allez dire à votre équipe à savoir s’ils devraient ou non avoir des relations sexuelles durant la semaine de la Coupe Grey.» C’est à un journaliste du Edmonton Sun qu’est revenu «l’honneur» de la poser, à la toute fin de la conférence de presse. Et la réponse à laquelle il a eu droit était tout simplement marrante.

«En fait, c’est mon travail de placer les joueurs dans la meilleure position pour qu’ils aient du succès, que ce soit sur ou à l’extérieur du terrain. Alors j’imagine que je vais leur donner davantage des conseils que des règles, a-t-il commencé, pince-sans-rire.

«Ça pourrait probablement s’appliquer à la plupart de nos joueurs et entraîneurs et ça décrit bien notre équipe cette année. Les probabilités ne sont pas bonnes et personne ne te donne vraiment une chance, mais si tu fais attention aux détails et que tu exécutes, que tu le fais avec énergie et enthousiasme, tout peut arriver», a-t-il conclu.

On peut dire que Campbell s’en est bien tiré. Au point où Jones s’est contenté d’un «comment voulez-vous que je surpasse ça?» en riant quand ce fut à son tour de répondre.

Profiter du moment

Sur une note plus sérieuse, les deux entraîneurs ont indiqué qu’ils avaient averti les joueurs de profiter du moment, car on ne sait jamais quand une autre occasion de gagner la coupe se représentera.

«Je leur ai dit que quand on est jeune, il y a beaucoup de choses qui vont arriver encore et encore. Mais il n’y a pas de garantie qu’ils seront de retour ici. Alors il faut profiter du moment. Cela dit, on est venus en avion. Ça veut donc dire qu’il y a aussi des vols qui vont en sens contraire. Alors si tu n’agis pas de la bonne façon, on va te renvoyer à la maison», a dit le pilote des Eskimos.

«Si tu gagnes, tu es un champion pour toujours, alors c’est ce sur quoi on veut que nos joueurs se concentrent», a pour sa part mentionné son homologue chez le Rouge et Noir.