/sports/football
Navigation

Jeff Perrett récompensé

Il reçoit le trophée Jake-Gaudar au gala de la Ligue canadienne

Jeff Perrett récompensé
Photo Le Journal de Montréal, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

WINNIPEG | Il y a quelques mois, le joueur de ligne offensive des Alouettes Jeff Perrett a avoué être sobre depuis 31 mois. Jusque-là, à peu près personne ne savait qu’il était aux prises avec des problèmes d’alcool.

Perrett a touché le fond du baril en mars 2013. Sa femme Maren ne le reconnaissait plus et elle en a eu assez. Elle est partie avec leurs trois enfants.

À l’aube de ses 29 ans, il a eu deux choix: se prendre en main ou continuer sa descente aux enfers, qui l’aurait mené à un divorce et qui l’aurait probablement empêché de revoir ses enfants. Il a choisi la première option et n’a plus pris une seule goutte d’alcool depuis.

Jeudi, c’est donc avec beaucoup d’émotion que le géant de 6 pi 7 po et 320 lb a accepté le trophée des Anciens combattants Jake-Gaudar, remis au joueur qui affiche le mieux les qualités dont les vétérans canadiens ont fait preuve en temps de guerre, de conflit et de paix.

«J’espérais ne pas être pris par l’émotion, mais ça n’a pas été le cas. Je suis une personne émotive et ça m’a rappelé plein de souvenirs. C’est quelque chose que je devrai traîner toute ma vie», a-t-il dit quelques instants après.

Un exemple

Perrett a donc effectué un virage à 180 degrés dans sa vie personnelle. Depuis, sa petite famille est revenue près de lui, ce qui rend sa bataille un peu moins difficile chaque jour.

L’Albertain a longtemps hésité avant d’avouer publiquement sa dépendance à l’alcool.

«Ce n’était pas facile, mais je suis content de l’avoir fait, car j’ai reçu une tonne de messages et d’appels. J’avais peur que les gens me voient comme un perdant, mais ç’a été complètement le contraire», a-t-il admis.

Il profite maintenant de son statut d’athlète professionnel pour faire de la sensibilisation et peut-être aussi changer la vie de gens qui sont aux prises avec les mêmes problèmes que lui.

«Nier et prétendre qu’on n’a pas de problème mène à d’autres problèmes, alors il faut y faire face. Si j’ai pu le faire, tout le monde le peut. J’essaie simplement d’être une bonne personne», a-t-il affirmé.

Pour ce faire, le numéro 54 des Alouettes a commencé à s’impliquer dans des programmes communautaires comme «Ensemble à l’école». Perrett partage ainsi son parcours, ses épreuves et ses expériences avec les jeunes. Il les encourage également à rester à l’école afin qu’ils puissent profiter des bienfaits d’une meilleure éducation.

Les lauréats

Joueur par excellence

  • Henry Burris (Rouge et Noir d'Ottawa)

Joueur canadien par excellence

  • Brad Sinopoli (Rouge et Noir d'Ottawa)

Joueur défensif par excellence

  • Adam Bighill (BC Lions)

Joueur de ligne offensive par excellence

  • SirVincent Rogers (Rouge et Noir d'Ottawa)

Joueur par excellence des unités spéciales

  • Brandon Banks (Hamilton Tiger-Cats)

Recrue par excellence

  • Derel Walker (Edmonton Eskimos)

Entraîneur-chef de l’année

  • Rick Campbell (Rouge et Noir d'Ottawa)

Trophée Tom-Pate (remis à un joueur dont les qualités lui permettent de se démarquer de ses pairs) 

  • Henry Burris (Rouge et Noir d'Ottawa)

Trophée Jake-Gaudar (remis à un joueur qui représente bien les valeurs des Anciens combattants canadiens) 

  • Jeff Perrett (Alouettes de Montréal)