/sports/opinion/columnists
Navigation

Les équipes de l’Est pitoyables

Coup d'oeil sur cet article

EAGLES 14 LIONS 45

Photo USA Today Sports

Les Eagles (4-7) ont eu le déshonneur d’ouvrir le bal du programme triple de Thanksgiving, de manière pitoyable, dans une défaite 45-14 face aux Lions (4-7). Matthew Stafford a brillé avec cinq passes de touchés, tout comme l’ailier défensif Ziggy Ansah, avec 3,5 sacs, ce qui lui a permis de se hisser au sommet dans la ligue avec 11,5.

Force est de constater que les Eagles en ont soupé de leur entraîneur-chef, Chip Kelly. Déjà, les rumeurs circulaient à l’effet que les méthodes de travail de Kelly étaient contestées par les troupes. Si, vraiment, les Eagles ne donnent plus tout ce qu’ils ont pour gagner une division si accessible, il faut vraiment qu’ils aient leur patron dans le collimateur.

À Philadelphie, Kelly est le seul maître à bord, autant sur le plan des stratégies que des décisions concernant le personnel. Quand son équipe se présente de manière aussi comatique, c’est qu’il ne mène plus sa barque.

Les Eagles, à leurs deux derniers matchs, ont concédé 90 points, 53 premiers jeux et 10 passes de touchés. Si ça ne vous tente plus les boys, dites-le!

PANTHERS 33 COWBOYS 14

Photo AFP

La saison des Cowboys (3-8) est fichue, en vertu d’une huitième défaite, par 33-14. Le quart-arrière Tony Romo, qui depuis son retour au jeu permettait d’étirer le mince filet d’espoir qui persistait, a lancé trois interceptions avant de tomber de nouveau au combat. Sa clavicule fracturée, qui lui a fait rater sept matchs, n’était pas suffisamment guérie. Cette fois, sa saison serait terminée pour de bon, selon ESPN.

Les Panthers (11-0), eux, ont continué de vaquer leurs opérations de destruction. La défensive compte 28 revirements à son actif, ce qui a mené à 107 points, un sommet dans la ligue.

Cam Newton a inscrit un 40e touché au sol en carrière et seul Steve Young (43) en compte plus que lui dans l’histoire. Il devrait le surpasser d’ici la fin de la saison, à 26 ans seulement.

BEARS 17 PACKERS 13

Photo AFP

Dans l’art de gâcher un party, les Bears (5-6) sont champions! Ceux-ci l’ont emporté 17-13, face aux Packers (7-4), en pleines festivités pour le retrait du numéro de Brett Favre, à Green Bay.

Les Bears s’en sont bien tirés malgré seulement 290 verges d’attaque. Les receveurs des Packers ont aidé la cause ennemie en échappant plusieurs passes d’Aaron Rodgers, qui a bouclé sa soirée timide de travail avec 202 verges, un touché et une interception qui a fait mal en fin de match.

L’attaque de Green Bay continue d’éprouver toutes sortes d’ennuis. Les Packers ont perdu quatre de leurs cinq derniers matchs en inscrivant trois fois 16 points ou moins.

Avant cette amère défaite, Rodgers avait remporté 13 de ses 16 derniers duels face à Chicago.

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.