/news/politics
Navigation

Le sommet sur les changements climatiques sous tension

152 chefs de gouvernement sous la protection de 120 000 policiers et militaires

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard et le premier ministre français Manuel Valls.
Photo AFP Le premier ministre du Québec Philippe Couillard et le premier ministre français Manuel Valls.

Coup d'oeil sur cet article

À deux jours du lancement de la Conférence sur les changements climatiques (COP21), les attentats sanglants du 13 novembre pèsent déjà lourd sur les débats qui occuperont les quelque 147 délégations d'État qui se sont données rendez-vous à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

À deux jours du lancement de la Conférence sur les changements climatiques (COP21), les attentats sanglants du 13 novembre pèsent déjà lourd sur les débats qui occuperont les quelque 152 délégations d’État qui se sont donné rendez-vous à Paris du 30 novembre au 11 décembre.

Pas moins de 120 000 policiers, gendarmes et militaires seront en état d’alerte pour assurer la sécurité de 152 chefs de gouvernement et d’État attendus au Bourget, titrait Le Figaro, samedi. «C’est un État de guerre, il n’y a pas de doute et je salue la force de l’intervention de la France dans ce combat, a déclaré le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui rendait visite, samedi, à son homologue français Manuel Valls.

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard et le premier ministre français Manuel Valls.
Photo Regys Caron

«Ce n’est pas une guerre comme celles que nos grands-parents ont connues, avec une armée X d’un côté et une armée Y de l’autre. Ce sont des forces de l’ombre qui veulent détruire notre démocratie.»

Les deux premiers ministres ont échangé pendant 45 minutes à l’Hôtel Matignon, siège du gouvernement français. «Nous avons parlé des grands dossiers qui se conjuguent ici à Paris; il y a bien sûr la lutte contre le terrorisme, la crise des réfugiés en Europe qui nécessite une solidarité maîtrisée entre les pays et bien sûr la COP21 où le Québec est à l’avant-garde de ce rendez-vous essentiel pour l’avenir de la planète. Il était très important de maintenir de rendez-vous de la COP21», a déclaré le premier ministre français Manuel Valls.

Ouverture lundi

Philippe Couillard s’est rendu à Paris pour participer à l’ouverture de la Conférence lundi, en présence du premier ministre du Canada Justin Trudeau et de représentants d’autres provinces canadiennes. Dimanche, il ira se recueillir devant le théâtre Le Bataclan où près de 80 personnes sont tombées sous les balles des terroristes le 13 novembre.

Le chef du gouvernement québécois retournera à Québec pour participer à la fin de la session parlementaire le 4 décembre puis reviendra dans la Ville Lumière du 5 au 9 décembre.

La délégation du Québec débarque à Paris avec une cible jugée ambitieuse de réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 37,5% d’ici 2030. Ce qui engage le Québec à soustraire, au cours des 15 prochaines années, 15 millions de tonnes de GES du niveau de pollution qu’il générait en 1990.

En l’espace de 22 ans, soit de 1990 à 2012, le Québec n’a réduit ses émissions que de 6,4 millions de tonnes. L’industrie se montre sceptique et Québec mise sur l’électrification des transports, qui génèrent 45% des émissions de GES, et sur les nouvelles technologies.

La Conférence en bref

  • La Conférence de Paris sur les changements climatiques réunira les délégations de 152 pays et États fédérés à l’aéroport du Bourget, au nord de Paris, du 30 novembre au 11 décembre;
  • 40 000 participants sont attendus;
  • 3000 journalistes;
  • 120 000 policiers, gendarmes et militaires en état d’alerte;
  • Le but de la Conférence est de signer un accord engageant les pays à contenir le réchauffement climatique en deçà de 2 degrés Celsius;
  • Les émissions de gaz à effet de serre (GES) contribuent au réchauffement;
  • Le Québec s’est donné comme cible de réduire ses émissions de GES de 37,5% d’ici 2030.
Sur le même sujet