/news/green
Navigation

Un chasseur inuit lance un cri du cœur

Noah Tayara, Chasseur inuit
Photo Courtoisie Noah Tayara, Chasseur inuit

Coup d'oeil sur cet article

Un chasseur inuit qui travaille au développement du Nunavik lance un cri du cœur aux habitants du sud du Québec. Les changements sont catastrophiques pour son peuple.

Dans le Nord-du-Québec, le réchauffement est spectaculaire. En 15 ans, les Inuits ont perdu deux mois de neige par année. Les animaux constituent la base de leur alimentation, mais ils sont moins nombreux parce qu’incapables de se reproduire en raison du réchauffement. Si rien n’est fait, on prévoit une hausse du mercure de 15 degrés Celsius en hiver dans le Nord-du-Québec d’ici 2100.

«Nous avons dit que les dernières 15 années ont présenté des changements importants, mais nous sommes si loin et si peu nombreux que personne ne nous écoute. Les gens du sud ne réalisent pas ce qui se passe ici», explique Noah Tayara.

Chasseurs morts

La météo est plus imprévisible et violente que jamais, au point où huit chasseurs et pêcheurs de sa communauté ont péri.

«Nous, les chasseurs, savons quand la mauvaise température arrive, en regardant les nuages, mais maintenant, la température peut être très belle et, tout d’un coup, de forts vents peuvent arriver, sans préavis. Nous n’avons pas pu retrouver les corps, mais nous savons qu’ils sont morts dans ces tempêtes», dit Noah Tayara.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.