/news/transports
Navigation

Congestion routière: le maire Labeaume peu inspiré par l’exemple de Birmingham

La ville de Birmingham, en Angleterre, retire des voies rapides pour enrayer la congestion routière.
La ville de Birmingham, en Angleterre, retire des voies rapides pour enrayer la congestion routière.

Coup d'oeil sur cet article

L’idée de retirer des voies rapides pour réduire la congestion ne plaît pas du tout au maire de Québec.

«Je ne crois pas aux méthodes uniques. (...) L’idée qu’on rétrécisse des routes pour forcer les gens à prendre le transport en commun, moi, je ne marche pas là-dedans», a lancé Régis Labeaume, en réaction à un reportage publié lundi dans nos pages sur l’exemple de Birmingham.

La ville anglaise s’est dotée d’un ambitieux plan de réduction de la congestion. Pour ce faire, elle mise sur le retrait de certaines voies rapides au profit d’espaces pour les piétons et les cyclistes ainsi que sur un réseau de transport en commun très efficace et intégré.

Pour le maire de Québec, pas question d’aller dans ce sens. La solution à la congestion dans la capitale, dit-il, réside dans l’addition de plusieurs mesures. «On a des routes qu’on élargit, on a des routes qui ont des voies réservées, on s’en vient avec un SRB (service rapide par bus), on a la traverse qui fonctionne, on a deux ponts, alors à un moment donné, la fluidité, c’est un ensemble de choses.»

Transport vert

Le ministre fédéral de la région de Québec Jean-Yves Duclos a pour sa part marqué une ouverture vers une gestion plus verte. «On veut faire preuve d’ambition pour développer le transport en commun, un transport plus vert. Mais c’est un transport qui peut être plus vert aussi d’une manière plus privée. Donc des aménagements technologiques en transport privé peuvent être mis de l’avant pour faire en sorte qu’économie et environnement se développent mutuellement.»

Pour l’instant, a insisté M. Labeaume, la priorité de son administration est le financement du bureau de projet pour le SRB, qu’il souhaite boucler avant les Fêtes. «La structure est prête. On s’est vus encore la semaine dernière avec le maire de Lévis là-dessus. On ne peut pas être plus prêts que ça.»