/news/education
Navigation

Des étudiants déçus et mécontents

Coup d'oeil sur cet article

Les étudiants rencontrés sur le campus du Cégep Édouard-Montpetit sont déçus et mécontents d’avoir à revenir sur les bancs d’école durant le temps des fêtes.

François Roussier estime que la direction a pris une mauvaise décision.

«Comment peut-on obliger les professeurs et les étudiants à rentrer si la majeure partie de ces gens ne peut être présente?»

Sandrine Archambault, de l’association étudiante, croit que l’administration agit ainsi pour «mettre de la pression sur les enseignants». En novembre, les étudiants ont voté en appui à la grève des enseignants.

«On a aussi tenu un vote pour ne pas avoir à reprendre les cours manqués par la grève», ajoute-t-elle.

Profs paniqués

«Je comprends leur cause. Ça ne me pénalise pas en tant que tel, parce que les journées ne sont pas coupées, elles sont reprises, insiste Laurie Pellerin. Ce sont les profs, les plus paniqués, ils ont peur de ne pas respecter les délais. Je ne pense pas qu’ils aient eux non plus le goût de revenir au collège durant les fêtes.»

Elle regrette que le report d’examens vienne compliquer la gestion des partys de Noël.

Abigaëlle Dalpé a été soulagée que plusieurs enseignants aient décidé de ne pas forcer les élèves à rentrer entre Noël et le jour de l’an.

«Il y a du mécontentement, surtout quand on sait qu’on avait des journées de congé qui auraient pu être annulées à la place», lance-t-elle.

Certains professeurs ont pu condenser leur matière ou avoir recours à des examens communs, mais d’autres n’ont pas eu ce luxe.

«C’était la meilleure décision à prendre, croit au contraire Maxime Bobba-Gaudreau. Je préfère que les examens soient pris le plus tôt possible plutôt que d’attendre jusqu’en janvier.»

 

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.