/lifestyle/health
Navigation

Un régime sans gluten

Coup d'oeil sur cet article

Joël, 34 ans, de Québec, voudrait connaître le lien entre la maladie cœliaque et le gluten.

De fait, il s’agit d’une affection médicale dans laquelle la surface absorbante du petit intestin est endommagée par une substance appelée le «gluten». Il en résulte ainsi une diminution de la capacité de notre corps à absorber les éléments nutritifs nécessaires à une bonne santé tels que protéines, matières grasses, glucides (sucres), vitamines et minéraux.

Malabsorption

En conséquence, la maladie cœliaque est un syndrome de malabsorption dû à une intolérance à une fraction du gluten: la gliadine et elle se caractérise par une atrophie totale de la muqueuse intestinale.

Le gluten est une protéine que l’on retrouve principalement dans le blé, l’orge, le triticale, le seigle et l’avoine. En ce qui concerne le blé, on a découvert que la gliadine était la partie toxique responsable de l’intolérance au blé chez les personnes atteintes.

Le gluten contenu dans la farine permet aussi aux ingrédients du pain ou d’autres produits de boulangerie de se lier ensemble et empêche ainsi ces produits de s’émietter.

Aucun remède

À ce jour, aucun remède connu ne permet de guérir la maladie, mais elle peut être traitée et contrôlée efficacement. Le traitement consiste à adhérer rigoureusement à un régime sans gluten, et ce, pour la vie!

La bonne nouvelle, le régime sans gluten permet l’amélioration clinique en quelques semaines ou mois. Ceci nécessitera un suivi diététique éclairé par un ou une diététiste.

Les personnes atteintes de cette maladie doivent en plus surveiller les sources cachées de gluten, telles que les protéines végétales hydrolysées (PVH), le malt et certains produits pharmaceutiques. De plus, il ne faut pas oublier que le gluten est présent sous des appellations variées dans plusieurs aliments transformés par l’industrie alimentaire.

Une attention toute spéciale devra être apportée dans le choix des soupes, viandes pour casse-croûte et saucisses. Les personnes atteintes de la maladie doivent en tout temps lire la liste des ingrédients sur les étiquettes.

L’intolérance au lactose chez les enfants

Henri-Louis 47 ans, de Charny, demande pourquoi son fils de quatre ans aurait développé une intolérance au lactose?

Une intolérance transitoire ou temporaire au lactose peut survenir chez les enfants, en particulier après un épisode de gastroentérite ayant causé une diminution temporaire de la lactase intestinale; cette situation se résorbe habituellement en quelques semaines.

Normalement, tout le monde dispose d’une enzyme dans son système digestif que l’on désigne lactase et dont la fonction consiste à fractionner le lactose en plus petites parties qui seront absorbées par l’intestin.

Dans le cas d’intolérance au lactose, l’enzyme lactase est absente ou en déficit, ce qui place la personne dans l’incapacité de fractionner correctement le lactose aux fins de le digérer.

Il en résulte que le lactose reste dans l’intestin et cause les symptômes typiques de l’intolérance au lactose: gaz en excès, ballonnements, douleur abdominale et diarrhée. Les troubles de digestion du lactose sont plus fréquents chez les adultes d’origine africaine, asiatique, autochtone (Amérique du Nord) et orientale.

Pas dangereuse

Ce problème est plutôt rare chez les nouveau-nés et moins fréquent chez les enfants que les adultes. L’intolérance permanente au lactose survient rarement chez les enfants, mais elle peut se développer au cours de leur croissance.

L’intolérance au lactose n’est pas dangereuse, mais elle est source d’inconfort. De plus, il est plutôt rare qu’une personne doive éliminer toute consommation de lait ou de produit laitier de son régime alimentaire. Il suffit d’éviter le lactose du lait en consommant du lait de vache sans lactose.