/news/politics
Navigation

Renaud Lachance aurait ignoré France Charbonneau pendant près d'un mois

Commission Charbonneau
Chantal Poirier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

L’un des commissaires de la commission Charbonneau a tenté d’atténuer les critiques envers les partis politiques, plus particulièrement quand elles touchaient les libéraux, lors de la production du rapport.

En septembre, le commissaire Renaud Lachance a annoté certaines pages d’une version préliminaire du chapitre sur le financement des partis politiques, a rapporté Radio-Canada jeudi matin. Ces commentaires ont contribué à alimenter la relation déjà houleuse qu’entretenaient l’auteur et la juge France Charbonneau, selon des échanges de courriels.

«Il y aura bientôt un mois que tu as décidé de m’ignorer. Pourtant, je te rappelle que notre devoir va au-delà de nos différends», a écrit Mme Charbonneau le 30 août, au commissaire. Dans ce même message, elle l’invite à inscrire ses commentaires dans le mot du commissaire plutôt que dans le texte, sans quoi l’attention des médias et de la population risque d’être détournée sur eux plutôt que sur le rapport.

«Tu devrais te regarder le nombril avant de faire la morale aux autres.»

Celui-ci lui aurait répondu simplement: «Tu devrais te regarder le nombril avant de faire la morale aux autres.» Quelques jours plus tard, le commissaire Lachance a envoyé à la juge Charbonneau sa version annotée du chapitre le plus attendu du rapport.

Radio-Canada a analysé 80 de ces commentaires.

Marc Bibeau et Jean Charest

Marc Bibeau, un proche de l’ancien premier ministre Jean Charest et qualifié régulièrement d’argentier du Parti libéral, ne semble pas avoir convaincu le commissaire Lachance de la nature de son rôle au sein du parti.

«Bibeau n’était pas seulement le responsable du financement du PLQ, a écrit M. Lachance. Seul Robert Benoît (ex-député d’Orford au PLQ) a dit qu’il a entendu dire que Bibeau était le responsable du financement. En fait, Bibeau n’a jamais eu de fonction officielle au PLQ.»

Or, lors des audiences de la commission Charbonneau, plusieurs témoins ont confirmé son rôle, entre autres Violette Trépanier, Marc-Yvan Côté, Tony Accurso et George Dick.

Nathalie Normandeau

Le commissaire Renaud Lachance voulait retirer environ cinq pages dans le rapport qui portaient sur Nathalie Normandeau, ex-vice-première ministre du Québec. La plupart des passages critiquaient la façon dont elle avait géré un programme de subventions pour des usines de traitement des eaux.

M. Lachance a également qualifié un passage au sujet des relations privilégiées entre le chef de cabinet de Mme Normandeau, Bruno Lortie, et l’ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté, de «non nécessaire». Sur une autre page qu’il suggère de retirer, le commissaire écrit «propos ne concernent pas le mandat de la Commission; n’est pas de la collusion; n’est pas de la corruption, n’est pas du financement des partis politiques. Tout ceci ressemble à une forme de procès.»

Line Beauchamp

Finalement, M. Lachance a souhaité qu’on retire une section du rapport qui racontait que l’ex-ministre Line Beauchamp avait déjeuné au club privé 357C avec des dirigeants de firmes de génie et de construction. Le rendez-vous s’était tenu cinq jours après le déclenchement de la campagne électorale de 2007, dont elle était la directrice pour le PLQ.

Renaud Lachance a aussi inscrit le mot «ridicule» à plusieurs reprises pour qualifier des passages du chapitre, sans toutefois étoffer son opinion.

Le reportage complet sera diffusé à l’émission Enquête sur les ondes de Radio-Canada dès 21 h.

Brèves

Vous désirez réagir à ce texte dans nos pages Opinions?

Écrivez-nous une courte lettre de 100 à 250 mots maximum à l'adresse suivante:

Vous pouvez aussi nous écrire en toute confidentialité si vous avez de l'information supplémentaire. Merci.