/lifestyle/food
Navigation

Des vins de seconde zone

Coup d'oeil sur cet article

La bonne nouvelle, c’est que les vins du Québec pourront être vendus en épicerie. La mauvaise nouvelle, c’est qu’on va en faire du coup des vins de seconde zone.

Des vins de seconde zone, comme le sont tous les vins vendus en épicerie et dans les dépanneurs, en fait. Vous ne le saviez pas ?

C’est que contrairement à toute logique, la loi qui a autorisé la vente des vins (et des cidres) en épicerie et dépanneurs, en 1978, interdit de nommer les cépages qui entre dans la composition d’un vin, de même que son millésime.

Or, le projet de loi qui a été déposé à l’Assemblée nationale pour autoriser la vente des vins québécois dans ces mêmes épiceries ne corrige pas cette incongruité, pour ne pas dire cette stupidité.

À une époque où le monde entier vote des lois pour identifier obligatoirement tous les ingrédients qui entrent dans la composition des boissons et aliments et exige, sinon leur traçabilité, à tout le moins plus de transparence dans leur étiquetage en général, on s’apprête au Québec à interdire d’identifier les cépages qui entrent dans la composition d’un vin issu de vignes québécoises et vendu dans les épiceries du Québec.

Imaginez un instant que la vente des cretons soit régie par une loi au Québec.

Les cretons vendus dans les épiceries fines devraient obligatoirement mentionner, et cela va évidemment de soi, avec quelle sorte de viande ils ont été faits (porc, bœuf, volailles...) de même que la date de leur fabrication.

Mais la même loi interdirait aux grandes chaînes d’alimentation qui vendraient aussi des cretons de mentionner quand ils ont été fabriqués et avec quelle viande !

Complètement ridicule, non? C’est pourtant ce que dit la loi sur la Société des Alcools du Québec qui avait été modifiée en 1978 pour permettre la vente du vin en épicerie.

On créait du coup deux catégories de vin au Québec. Les vrais vins, si on peut dire, comme on en trouve dans le monde entier, fait avec des cépages clairement identifiés et avec une date de récolte et vendus dans les magasins de la SAQ et des vins approximatifs, des vins de seconde zone, qu’on n’a pas le droit d’identifier clairement, au mépris de la plus élémentaire des pratiques commerciales, des vins qui ne sont vendus seulement qu’à un seul endroit sur toute la planète Terre, à savoir les épiceries et les dépanneurs du Québec.

Comme cette loi obligeait ces vins approximatifs à être embouteillés au Québec, elle a permis de faire fleurir chez nous une industrie de la mise en bouteille et du vin en vrac.

Or, comme je le disais, en adoptant dans son état actuel ledit projet de loi, on s’apprête à officialiser une deuxième fois cette bêtise.

Sans compter qu’une fois adoptée, cette loi ne résisterait sans doute pas à une contestation devant les tribunaux, et ce en vertu même des ententes commerciales internationales déjà signées par le Canada.

Déjà que l’image des vins québécois n’est pas aussi lumineuse qu’on le souhaiterait, pourrait-on au moins les considérer comme des vrais vins et non pas comme des vins de seconde zone ?

C’était mon éditorial : «Non, mais des fois, on est vraiment bon au Québec pour avoir l’air concombre» (merci Lison «Creton» de La Petite Vie pour la citation).

Cellier des fêtes

Voici pour terminer quatre vins du Cellier des Fêtes qui viennent tout juste d’être mise en marché:

♦ La Chaume 2013, Rully, Claudie Jobard (25,20 $): voilà un bon petit bourgogne léger, frais, pimpant, son côté croquant étant accentué par un zeste de gaz carbonique qui disparaîtra en passant le vin en carafe. C’est simple, mais charmeur.

♦ Santenay 2012, Joseph Drouhin (29,95 $): nez relativement discret, mais de beaux accents floraux se développent à l’aération; de corps moyen, on sent un élevage discret. Le vin est encore un peu dans sa gangue et, si on veut le boire maintenant, on le passe en carafe au moins une heure avant le service. Sinon, on l’oublie en cave quelques années de plus. J’aime la distinction de ce vin malgré sa retenue du moment.

♦ Rully 2013, Bourgogne Blanc, Bouchard Père & Fils (24,05 $): joli nez sur les amandes grillées avec une pointe citronnée; de corps moyen, jolie présence en bouche, il a ce qu’il faut pour passer à table sur une viande blanche.

Et je termine avec ce rouge d’Italie qui a été mon coup de cœur de toute la dégustation de ce nouvel arrivage Cellier :

♦ Riserva Villa Antinori 2011, Chianti Classico, Marchesi Antinori (29,95 $): certaine évolution au nez qui nous amène sur des notes de sous-bois; très belle bouche épanouie, presque déjà totalement fondue bien que le vin pourra tenir encore certainement trois années de plus; équilibré, élégant, distingué, savoureux, voilà une bouteille gagnante pour les repas des fêtes. Oui, même avec la tourtière du Lac-Saint-Jean.

Vin plaisir

Pour offrir ou se faire plaisir

Cigare Volant 2010 [★★★ ½ | $$$$ ]

Photo courtoisie

Bonny Doon Vineyard

13,5 %, Etats-Unis

Taux de sucre : n/b

Type: vin rouge

Code: 10253386

Prix: 39,75 $

Assemblage rhodanien typique de Grenache (45 %), de Syrah (39 %), complété par du Mourvèdre et du Carignan, ce vin, on le sait, a été créé par Randall Grahm pour rendre hommage aux vins du Rhône, en particulier ceux de Châteauneuf-du-pape. Dans mon souvenir, le Cigare Volant était un vin plus gros, plus large, plus puissant que ce 2010; ce qui fait que j’ai apprécié d’autant plus sa subtilité, son équilibre, sa fraîcheur, bref la finesse du style, avec en plus un degré alcoolique parfaitement contenu à 13,5 %. Absolument savoureux.


La Chaume 2013 [★★★ | $$$ ]

Rully, Bourgogne, Claudie Jobard

13 %, France

Taux de sucre: 2,1 g/L

Prix: 25,20 $

Code: 12663303


Santenay 2012 [★★★ | $$$ ½ ]

Bourgogne, Joseph Drouhin

13 %, France

Taux de sucre: 2,5 g/L

Prix: 29,95 $

Code: 12568939


Rully 2013 [★★★ | $$$ ]

Bourgogne Blanc, Bouchard Père & Fils

12,5 %, France

Taux de sucre: 2,3 g/L

Prix: 24,95 $

Code: 12681246


Riserva Villa Antinori 2011 [★★★ ½ | $$$ ½ ]

Chianti Classico, Marchesi Antinori

14 %, Italie

Taux de sucre: 2,4 g/L

Prix: 29,95 $

Code: 12629666


Correct

★★ Bon

★★★ Très bon

★★★★ Excellent

★★★★★ Exceptionnel

Plus d’étoiles que de dollars: vaut largement son prix.

Autant d’étoiles que de dollars: vaut son prix.

Moins d’étoiles que de dollars: le vin est cher.

www.saq.com

514-254-2020, 1 866-873-2020