/lifestyle/psycho
Navigation

Un Noël en harmonie, c’est possible?

Un Noël en harmonie, c’est possible?
illustration benoit tardif, colagene.com

Coup d'oeil sur cet article

Qui dit temps des fêtes dit party, rituels, obligations, plaisir, nourriture, consommation en excès et... fatigue. Mais vous êtes-vous déjà arrêté quelques instants pour vous demander si ce que vous faites durant cette période de l’année est bien en harmonie avec qui vous êtes vraiment: vos valeurs, vos désirs, vos besoins?

Prenons l’image d’une personne qui nage dans l’océan à contre-courant, elle risque de s’épuiser avec le temps ou de se faire submerger par une vague qu’elle n’a pas vue venir. Alors, il est peut-être temps de faire un bilan.

Parmi les besoins humains, nous retrouvons à la base ceux de manger, dormir, respirer, bouger. À ceux-ci s’ajoutent le besoin de ­sécurité (environnement stable et prévisible), puis celui d’amour et d’affection (personnes significatives). Il y en a d’autres, mais, déjà, à partir de ces derniers, on peut constater que la période des fêtes apporte son lot de déséquilibre chez les adultes et les enfants en termes de besoin; trop manger et boire, pas assez dormir, moins ­bouger ou trop d’activités, rien de prévisible dans la routine, etc.

Avant d’organiser votre temps ou d’accepter tout ce qui passe, pensez à vos besoins, à ceux de vos enfants et tenez compte de vos limites. Vous pourriez, avec les enfants plus âgés (dès trois ans pour certains) faire un conseil de famille dans lequel vous discutez ensemble de ce que chacun aurait le goût de faire, comment il voit son temps des fêtes, ce qu’ils aiment et ce qu’ils aiment moins pour ensuite faire des choix qui tiendront compte du degré de fatigue et des besoins. Chez les plus petits, c’est en les observant qu’on constate leur ­besoin: l’agitation ou les pleurs, ­l’impatience ou les crises peuvent exprimer le besoin de sommeil ou de détente. Si dans vos besoins se ­trouvent ceux de ralentir, ne pas être à la course, faire du cocooning, donnez-vous le droit de le faire.

Il n’est pas simple de faire des choix et oser dire «non» puisque, pour ce faire, il faut accepter de renoncer à certains agréments. Il est humain de vouloir du plaisir, de tout prendre ce qui passe et vouloir en profiter au maximum durant les congés. Mais pour se choisir soi, en tenant compte de ses besoins et valeurs, vous pourriez répondre aux offres par des «oui, mais une autre fois» ou «laisse-moi y réfléchir» et en discuter avant d’accepter. Et rappelez-vous: nager à contre-courant peut avoir des conséquences sur le corps (fatigue, problèmes, maladie) ou être submergé par la vague (épuisement).