/news/world
Navigation

Les attentats de Paris: événement de l’année 2015 de l’Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

QUÉBEC |  Les attentats terroristes perpétrés à Paris en janvier et en novembre, qui ont coûté la vie à près de 150 personnes, sont l’événement de l’année 2015 de l’Agence QMI.

Même si elles se sont produites à des milliers de kilomètres, ces attaques meurtrières ont touché les Québécois plus que tout autre incident, catastrophe ou scandale politique survenu au cours des 12 derniers mois, selon un sondage réalisé auprès des responsables de l’information des médias Québecor.

Le 7 janvier, deux hommes armés font irruption dans les locaux parisiens du journal satirique Charlie Hebdo et assassinent de sang-froid 11 personnes, dont huit membres de la rédaction. Leur crime? Avoir publié des caricatures représentant le prophète Mahomet.

Cette attaque sans précédent retentit aux quatre coins de la planète, en particulier au Québec, qui entretient des liens étroits avec la France et qui abrite une importante communauté française. Rapidement, le premier ministre Philippe Couillard condamne avec fermeté l’assaut contre Charlie Hebdo.

«Ces événements sont intolérables et inacceptables. Jamais nous ne nous inclinerons devant de tels gestes d'intimidation, de violence et de haine», réagit le chef du gouvernement.

Rassemblements

Dans les heures et les jours qui suivent l’agression, des rassemblements de solidarité sont organisés dans les principales villes du Québec. Le 11 janvier, 25 000 personnes participent à une marche de solidarité dans les rues de Montréal.

En plus de partager une langue et une histoire communes, le Québec et la France chérissent les mêmes valeurs de liberté et de démocratie. Pas étonnant, donc, que l’attaque menée contre Charlie Hebdo interpelle autant les Québécois, car au-delà des dessinateurs, c’est la liberté de presse, symbole par excellence de la démocratie occidentale, qui était dans le viseur des assassins.

Même s’ils sont atterrés et profondément choqués, les caricaturistes des principaux quotidiens de la province retournent à leur table à dessin pour rendre un ultime hommage à leurs collègues Cabu, Charb, Honoré, Tignous et Wolinski, tombés sous les balles des assaillants.

L’horreur frappe encore

La capitale française se remet à peine des événements du mois de janvier qu’elle est de nouveau secouée par des attentats. Le 13 novembre, des attaques coordonnées menées en plein cœur de Paris par des combattants de l’État islamique font 130 morts et plus de 350 blessés, principalement des jeunes. Une prise d'otages dans une salle de spectacle bien connue, Le Bataclan, fait à elle seule 90 victimes.

Comme cela avait été le cas en janvier, les témoignages de sympathie et de solidarité affluent de partout à travers le monde. Les Québécois, qui ont suivi minute par minute le déroulement des attentats sur les chaînes d’information en continu, sont profondément troublés par cette déferlante de haine et de violence qui s’est abattue sur la Ville Lumière.

L’année précédente, les attentats d’Ottawa et de Saint-Jean-sur-Richelieu avaient pour cibles des militaires; ceux de Charlie Hebdo visaient des journalistes. Cette fois, les tueurs cherchaient à faire le plus grand nombre de victimes possible, sans distinction de profession, de sexe, de religion ou d'origine ethnique. Les Québécois et les Canadiens réalisent alors avec effroi que les terroristes peuvent frapper n'importe qui, n'importe où.

Signe de leur impact, les attentats de Paris génèrent 37,82 % des nouvelles durant la semaine du 16 novembre, selon une compilation réalisée par Influence Communication, ce qui en fait l’événement médiatique de l’année au Québec. Les attentats de Charlie Hebdo, qui avaient occupé 26 % de la couverture médiatique à la mi-janvier, arrivent deuxièmes.