/sports/hockey
Navigation

Les Canadiennes toujours sur leur nuage

Il s’agissait d’une première pour des équipes féminines de faire partie des festivités entourant la Classique hivernale dans la LNH, vendredi dernier à Foxboro.
photo afp Il s’agissait d’une première pour des équipes féminines de faire partie des festivités entourant la Classique hivernale dans la LNH, vendredi dernier à Foxboro.

Coup d'oeil sur cet article

BROSSARD | Trois jours après avoir écrit une page d’histoire en participant au premier match de hockey féminin de la Classique hivernale Bridgestone de la Ligue nationale (LNH) à Foxboro, les joueuses des Canadiennes de Montréal flottaient encore sur un nuage.

Afin de poursuivre la fête, elles ont même signé deux blanchissages ce week-end face aux Blades de Boston, au centre d’entraînement du Canadien, à Brossard.

«On a vécu de belles émotions et c’était extrêmement spécial, a laissé entendre Caroline Ouellette. Je ne pensais pas vivre ça un jour. On était comme des enfants. J’ai commencé sur une patinoire extérieure dans Rosemont. Et d’être incluses dans un événement aussi grandiose de la LNH, c’est un pas dans la bonne direction et on espère que ça va revenir annuellement.»

Il s’agissait d’une première pour des équipes féminines de faire partie des festivités entourant la Classique hivernale dans la LNH, vendredi dernier à Foxboro.
photo afp

«Nous avons joué seulement deux périodes de 15 minutes en temps continu. C’était court, mais fantastique», a expliqué la gardienne Charline Labonté, pour qui il s’agissait d’une occasion d’être une ambassadrice pour son sport.

«Le lendemain, les gens nous reconnaissaient [durant la victoire du Tricolore], mais pas seulement les filles qui sont allées aux Olympiques.»

Retour aux sources

Comme plusieurs, les hockeyeuses ont donné leurs premiers coups de patin en plein air. «C’est comme ça que je suis tombée en amour avec le hockey, a confirmé Marie-Philip Poulin, auteure d’un doublé dimanche dans une victoire de 7 à 0. On a pu faire le réchauffement avec notre tuque, comme à la télé! On était excitées et reconnaissantes d’avoir cette chance-là. On ne pouvait pas demander mieux pour commencer l’année.»

Même si elle a inscrit les trois buts les plus importants des deux derniers Jeux olympiques, Poulin a affirmé que les derniers jours ont été mémorables.

Il s’agissait d’une première pour des équipes féminines de faire partie des festivités entourant la Classique hivernale dans la LNH, vendredi dernier à Foxboro.
photo afp

«C’est dans mon top 5! Jouer dehors, c’est ce que j’adore le plus. En plus, j’ai vécu ça à Boston, où j’ai étudié pendant quatre ans.»

Un but historique

«Noémie [Marin] m’a fait une passe incroyable, j’ai juste eu besoin de mettre ma palette et de pousser la rondelle dans le fond du filet», a dit celle ayant réussi le premier but de l’histoire des Carabins de l’Université de Montréal ainsi que celui qui avait procuré un premier titre national à son ancienne équipe, Kim Deschênes.