/sports/hockey
Navigation

Enfin des buts, enfin une victoire

L’Armada met fin à une série de quatre revers en battant les Tigres

Coup d'oeil sur cet article

L’Armada de Blainville-Boisbriand a commencé la nouvelle année du bon pied, en l’emportant 3 à 2, hier soir, face aux Tigres de Victoriaville. Cette première victoire depuis le 17 décembre mettait ainsi fin à une série de quatre revers.

L’Armada a démontré du caractère dans ce match, revenant de l’arrière par deux fois avant de voir Alexander Katerinakis inscrire le but gagnant en troisième période.

Placé devant le gardien, il a fait dévier un tir de Melancon en avantage numérique pour inscrire le but vainqueur.

Les Tigres ont cependant menacé jusqu’à la toute dernière seconde, lançant près d’une dizaine de fois dans les dernières minutes de la rencontre.

Ils ont bien failli créer l’égalité lors d’une pénalité à Guillaume Beaudoin avec un peu plus de deux minutes à faire, mais le gardien Francis Leclerc a fermé la porte.

Les joueurs et les partisans ont sûrement lâché un énorme soupir en entendant la sirène annonçant la fin du match.

La fin d’une longue disette

L’Armada connaît une séquence difficile. Avant ce match, la troupe de Joël Bouchard venait de subir quatre défaites d’affilée, dont les deux dernières par jeu blanc. Le but de Morgan Adams-Moisan, en première période hier, mettait fin à une séquence de 160 minutes 18 secondes sans marquer chez l’Armada. On peut dire qu’il commençait à être temps que quelqu’un secoue les cordages.

Il aura fallu un lancer de punition pour mettre fin à cette disette.

Adams-Moisan, qui avait été accroché en s’amenant à toute vitesse vers le gardien quelques instants plus tôt, n’a pas raté sa deuxième chance. Après s’être amené cette fois lentement à la gauche du gardien, l’ailier droit a coupé au filet pour sortir une belle feinte du revers et déjouer James Povall.

«J’ai pensé à Tyler Hylland, qui fait toujours cette feinte-là, mais il est gaucher et moi droitier. Je me suis dit que si ça marchait pour lui, ça allait aussi fonctionner pour moi! J’étais content quand la rondelle a traversé la ligne», a admis Adams-Moisan, qui n’est pas reconnu comme un grand marqueur, puisque c’était son deuxième but... en deux saisons.

En première période, les deux équipes n’ont lancé que cinq fois chacune au filet, mais se sont tout de même échangé un but. Les Tigres avaient d’abord ouvert la marque grâce au 19e but de la saison de Maxime Comtois puis l’Armada a répliqué avec son tir de pénalité.

Félix Lauzon a complété la marque pour les visiteurs.

 

Une victoire qui soulage

Joël Bouchard a beaucoup aimé ce qu’il a vu de ses joueurs, hier soir, surtout après le désastreux voyage en Abitibi où ils ont subi deux défaites par blanchissage pour conclure l’année 2015.

Cette victoire contre les Tigres, au cours de laquelle son équipe a dominé, devrait donc faire un grand bien dans le vestiaire.

«J’ai trouvé qu’on a fait beaucoup plus de jeux. C’est une équipe jeune, très éprouvée qu’on a. Quand on est arrivés en Abitibi, ce n’est pas que les gars avaient de mauvaises intentions, mais ils étaient intimidés et impressionnés par une bonne équipe, a dit le pilote de l’Armada.

«Et après un congé des fêtes, quand tu as un peu moins de maturité, c’est plus difficile de rembarquer. Je n’étais pas content des deux matchs là-bas, parce que c’était trop too much je ne veux pas qu’ils pensent comme ça. Mais aujourd’hui, on est redevenus l’équipe qu’on est et quand on se donne de bonnes chances de gagner, c’est le fun.»

Morgan Adams-Moisan, auteur du premier but des siens, était du même avis que son entraîneur.

«On avait accepté le fait que les équipes en Abitibi sont meilleures que nous et on ne doit pas faire ça», a-t-il souligné.

Il croit également que c’est le genre de victoire qui peut permettre à une équipe de souder des liens, un match qui peut marquer un tournant.

«C’est sûr qu’en plus d’être une victoire, on a vu que les gars se sont resserrés. On a vu Tyler Hylland se battre pour défendre Guillaume Beaudoin, alors c’est le genre de performance qui peut souder une équipe», a-t-il souligné.

Pas d’excuses

Du côté des perdants, l’entraîneur-chef des Tigres de Victoriaville, Bruce Richardson, ne cherchait pas de défaites pour expliquer la performance des siens.

«On n’a pas d’excuses. Il y a des matchs dans la saison où on trébuche sur la route et c’en était un. C’était une bonne claque dans le visage et ça nous montre qu’on doit travailler plus fort», a-t-il laissé tomber.

Au passage, il a écorché ses joueurs, qui ne se sont pas présentés face à une équipe de fond de classement.

«On n’a pas bien joué. On a joué en montagnes russes, mais il y avait beaucoup trop de passagers. Nos leaders doivent monter leur jeu d’un cran, d’autant plus qu’il nous en manquait puisque Mathieu Ayotte a quitté le match tôt. Les jeunes aussi doivent profiter de leurs opportunités. Et ils ne l’ont pas fait», s’est désolé l’entraîneur.