/slsj
Navigation

Yanick Jean garde le cap

Les vétérans demeurent avec l’équipe et des choix au repêchage s’ajoutent

Yanick Jean a dressé un bilan positif de la dernière période des échanges chez les Sags.
Photo roger gagnon Yanick Jean a dressé un bilan positif de la dernière période des échanges chez les Sags.

Coup d'oeil sur cet article

Sans mettre une croix sur la présente saison, l’état major des Saguenéens n’a pas dérogé de son plan initial, soit celui d’avoir une vision axée sur la pérennité du club.

La période des échanges a pris fin mercredi midi dans la Ligue de hockey junior majeur du Québec et les Bleus ont procédé à une dernière transaction mineure, en expédiant le gardien Darryl McCallum aux Foreurs de Val d’Or en retour d’un choix de neuvième ronde au prochain repêchage.

Le plein de choix

Les dernières semaines ont surtout permis à Yanick Jean de garnir sa banque de choix au prochain repêchage. Le directeur général des Sags a obtenu deux choix de deuxième ronde et un autre de quatrième. En tout et partout, Chicoutimi se retrouve avec cinq sélections dans les deux prochaines rondes en vue du prochain encan midget.

«Ça nous prenait des atouts pour être capable de repêcher des attaquants le plus rapidement possible, afin de réussir à avoir un bon ensemble entre nos défenseurs et nos attaquants, a expliqué Yanick Jean. Si on repêche seulement un attaquant dans les deux premières rondes, on n’aura pas réussi notre mission.»

Si quatre défenseurs de 16 ans étaient devenus la priorité des Sags l’an dernier, il faut maintenant s’attendre à ce que les joueurs d’avant aient la cote en juin prochain.

«Il faut mettre l’accent sur notre attaque, qui est vieillissante un peu, a évalué le dg. Je considère qu’on est aussi bien nantis au prochain repêchage qu’on l’a été en 2015 à Sherbrooke.»

Billia, même pas proche

Impliqué dans plusieurs rumeurs d’échange, Julio Billia demeure donc avec les Saguenéens. Même s’il a reçu quelques offres, Yanick Jean a assuré que la tentation de transiger son gardien de 19 ans n’a jamais été bien réelle.

«Julio n’est jamais passé proche d’être échangé et la raison de ça, c’est qu’il a été repêché par les Saguenéens, a mentionné Jean, faisant un lien avec le sentiment d’appartenance qu’il désire amener au sein de son groupe de joueurs. Il est ici depuis le début de carrière junior et il a le logo des Sags tatoué sur le cœur. Je veux qu’il ait du succès avec les Saguenéens. On ne développera pas des joueurs pour qu’ils soient bons ailleurs.»

Blessé depuis le 1er octobre en raison d’une commotion cérébrale, Nicolas Desgroseilliers retourne chez lui. La priorité pour le jeune de 17 ans est de recouvrer la santé, tout en poursuivant ses études.

Un attaquant ontarien de 18 ans fera son entrée dans l’entourage des Sags aujourd’hui. Yanick Jean n’a pu dévoiler son identité puisqu’il reste certains détails à régler.

Les Saguenéens reçoivent le Drakkar ce soir. Yanick Jean cédera sa place à Claude Bouchard derrière le banc puisque le coach en chef a quitté en direction de Halifax mercredi pour assister à un tournoi midget AAA regroupant des formations des Maritimes.

Bénéficier d’un « marché fou »

En cette saison où plusieurs équipes ont des visées sur le championnat des séries éliminatoires, Yanick Jean est convaincu d’avoir profité de cette situation.

S’il n’a pas caché qu’il avait songé à s’améliorer, l’entraîneur et directeur général des Chicoutimiens s’est rapidement rendu compte que le prix à payer était élevé.

«Le marché était fou, a fait remarquer Jean. On a regardé la possibilité d’ajouter un ou deux joueurs et les prix étaient fous. Je pense que c’était meilleur pour notre organisation de bénéficier de ce marché.»

Ambition

Le patron hockey a également noté que l’ambition de certains directeurs généraux avait fait monté les enchères.

«Lorsqu’il y a plusieurs équipes qui s’essaient (pour la coupe), ça rend les prix démesurés, a mis en contexte Yanick Jean. On vit une période semblable, mais ce n’est pas comme ça toutes les années. Cette saison, on n’a pas assez de doigts dans une main pour compter les équipes qui se sont améliorées.»