/entertainment/music
Navigation

L’étrange cauchemar de M. Bowie

Pour son 69e anniversaire, David Bowie offre un cadeau à ses fans: Blackstar, un 25e disque époustouflant.

L’étrange cauchemar de M. Bowie

Coup d'oeil sur cet article

David Bowie - Blackstar [★★★★]

L’étrange cauchemar de M. Bowie
Photo courtoisie

Époustouflant, car l’artiste de plus en plus indéfinissable livre ici un nouvel album imperméable aux étiquettes musicales.

Si The Next Day – son «retour» de 2013 après un silence d’une décennie – était plutôt facile d’approche, Blackstar se veut une œuvre aussi exigeante pour le chanteur culte que pour le mélomane.

La pièce titre, par exemple, est une chanson-fleuve de 9:58 où jazz et expérimentations électroniques s’entrechoquent. Sue (Or In a Season of Crime), elle, combine un David Bowie plaintif sur une mélodie vaguement ­math rock qui est ponctuée de cuivres. Bref, les disquaires auront un mal de chien à classer ce LP par genre tant il est glauque, sombre et éclaté!

Époustouflant également, car Blackstar démontre que, des ­décennies plus tard, Davie ­Bowie demeure un artiste d’avant-garde.

À l’image d’Earthling (1997), où Bowie suscitait le drum n’ bass, voire Nine Inch Nails, le sexagénaire s’imprègne à nouveau des tendances actuelles pour se réinventer. Ainsi, les fans de musiciens jazz de champ gauche à la Colin Stetson devraient tendre tout particulièrement l’oreille.

Bien que 2016 soit à peine entamée, parions qu’on retrouvera Blackstar sur bon nombre de listes des meilleurs albums de l’année en décembre prochain.

Chris Brown - Royalty []

L’étrange cauchemar de M. Bowie
Photo courtoisie

Un peu de rattrapage avec Royalty, septième album de Chris Brown paru en décembre.

Au programme: textes clichés, interprétation plus ampoulée que sincère et, surtout, musiques pop électro qui font plus kitsch que «tendance 90’s», disons.

Bref, un disque à l’image de son auteur: totalement jetable.

John Williams - Star Wars: The Force Awakens Soundtrack [★★★]

L’étrange cauchemar de M. Bowie
Photo courtoisie

Après l’engouement derrière le septième épisode, la critique de sa trame sonore.

Premier constat: une fois dénudée du film, de ses personnages cultes et ses sabres laser, les nouvelles compositions de John Wlliams ne sont pas aussi iconiques que celles des trilogies précédentes.

L’album est satisfaisant, certes, mais demeure un compagnon au long métrage.

Artistes variés - Quentin Tarantino's The H8ful Eight [★★★★]

L’étrange cauchemar de M. Bowie
Photo courtoisie

Dans le coin droit, l’univers éclaté de Quentin Tarantino représenté ici par des extraits de dialogues ­savoureux du film ainsi que des pièces plus contemporaines de Roy Orbison et The White Stripes.

Dans le coin gauche, de nouvelles compositions d’Ennio Morricone, à qui l’on doit la musique de plusieurs classiques du western spaghetti.

Le résultat est, évidemment, percutant!

Coup de coeur

Hinds - Leave Me Alone [★★★ ½ ]

L’étrange cauchemar de M. Bowie
Photo courtoisie

Quatuor rock garage féminin de Madrid, Hinds lance ­finalement un premier album complet à la hauteur de son «buzz» web.

Bien que son don pour les mélodies accrocheuses et sa désinvolture rappelle les Strokes des premières heures, Hinds ne fait pas dans la pâle imitation.

Idéal pour votre prochain party!