/news/provincial
Navigation

«Nous profitons de notre vie ici»

La première famille de Syriens arrivée à Québec participe à la fête interculturelle

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que l’arrivée de réfugiés syriens se continue à Québec, la famille Sabeh, toute première à être arrivée, poursuit son intégration. La famille a d’ailleurs participé dimanche à la grande fête interculturelle de l’Église catholique de Québec.

L’occasion était belle pour les Sabeh de rencontrer la communauté, mais aussi d’autres personnes qui ont dû quitter leur pays pour s’installer à Québec. «Ça fait du bien de voir que nous ne sommes pas les seuls à avoir vécu cette situation difficile, confie Nabih Sabeh. De partager ce moment avec d’autres et avec les Québécois nous donne la force de commencer notre nouvelle vie.»

Ce message d’ouverture et de compassion est d’ailleurs celui que le cardinal Gérald Cyprien Lacroix, qui a présidé la cérémonie, voulait transmettre aux gens présents.

«On entend tellement de situations inacceptables. On ne pensait plus que l’humanité était capa­ble d’autant de haine et de méchanceté. Il nous faut vaincre ça par la bonté et par notre solidarité.»

À la maison

À travers les 600 convives rassemblés pour la célébration, Nabih Sabeh et sa femme Janet, accompagnés de leurs deux enfants, semblaient se sentir enfin à la maison. Et lorsque l’on demande au père de famille si les dernières semaines avaient été un peu folles avec toute l’attention reçue depuis leur arrivée, ce dernier est catégorique.

«Ce qui était fou, c’était les trois années passées à fuir la Syrie et se cacher au Liban. Maintenant, tout se calme et nous profitons de notre vie ici. Oui, les choses vont vite, mais nous sommes bien entourés et accompagnés», explique M. Sabeh.

Couleurs et musique à l’honneur

Des familles d’une douzaine de communautés culturelles installées à Québec ont participé aux célébrations de dimanche à l’église Saint-Ignace-de-Loyola.

Costumes traditionnels, chants de partout et même chandails de soccer aux couleurs de leur pays, le cœur des gens présents était définitivement à la fête pour l’événement.