/entertainment/music
Navigation

Le promoteur Michel Brazeau a déjà reçu Bowie chez lui à Québec

David Bowie en spectacle au Colisée Pepsi le 4 avril 2004.
Archives Le Journal de Québec, Daniel Mallard David Bowie en spectacle au Colisée Pepsi le 4 avril 2004.

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs Québécois ont rencontré Bowie au fil des ans. Mais peu peuvent se vanter de l'avoir reçu à la maison, comme le promoteur de spectacles de Québec Michel Brazeau.

David Bowie en spectacle au Colisée Pepsi le 4 avril 2004.
Archives Le Journal de Québec

C'était en juillet 1983. David Bowie amorçait la portion nord-américaine de sa tournée Serious Moonlight à Québec et il avait loué le Colisée pendant une semaine pour y tenir des répétitions.

«Après cinq ou six jours de répétitions au Colisée, il m'a regardé et dit: "Michel, il faut que je sorte d'ici, je dois prendre l'air. Peut-on aller quelque part pour prendre un verre tranquille?" Je lui ai suggéré, s'il ne voulait pas se faire déranger, de venir chez nous, s'asseoir sur la terrasse et ouvrir une bouteille de vin. C'était parfait pour lui», se rappelle M. Brazeau, très ému par la mort de la star.

C'est ainsi qu'une légende du rock s'est retrouvée pour quelques heures sur la terrasse d'une maison de la rue Murray, dans le quartier Montcalm, à Québec.

«On a ouvert une bouteille de vin blanc qu'on a bue tranquillement pas vite. Ma blonde est arrivée de travailler. Elle a stationné son auto et qu'est-ce que tu penses qu'elle a eu comme réaction?»

Le promoteur, qui décrit Bowie comme un homme très simple et sympathique, se souvient qu'il n'avait pas parlé du tout de musique lors de cette rencontre marquante.

«Je pense qu'on a jasé de tout sauf de musique. Je le laissais parler en me disant qu'on allait trouver des sujets. On a jasé de n'importe quoi, de politique internationale si je me souviens bien, de tout sauf de musique. Il en avait vraiment plein son casque après six jours dans le Colisée.»

Des sushis pour Bowie

Michel Brazeau se rappelle aussi qu'il avait reçu de son équipe, durant le même séjour de l'artiste britannique dans la capitale, la commande de lui trouver des sushis. Or, à cette époque, à Québec, personne ne faisait de sushis.

«Je suis allé le voir et je lui ai dit: "David, ton équipe exige des sushis pour toi, mais des chefs de sushis à Québec, ça n'existe pas. Si tu en veux, je vais faire venir un chef de Montréal ou Toronto et il va te les préparer. Il était parti à rire et m'avait dit que tout ce qu'il voulait, c'était un poisson. Poché ou grillé. Les sushis, ce n'était pas important.»

«Come see me»

Bowie n'a jamais oublié sa rencontre avec Michel Brazeau. En 2004, alors qu'il n'avait pas joué à Québec depuis quatorze ans, la star avait tenu à saluer le promoteur.

David Bowie en spectacle au Colisée Pepsi le 4 avril 2004.
Archives Le Journal de Québec, Daniel Mallard

«Je voulais aller le saluer, mais le garde du corps devant sa loge ne voulait pas que j'approche. Au même moment, Bowie a ouvert la porte et m'a vu. Il a ouvert les bras et m'a dit: "Michel, come see me". Je ne l'avais pas vu depuis plus de dix ans et il se souvenait de moi et du temps qu'on avait passé ensemble. C'était un personnage comme ça».

Les concerts de David Bowie au Colisée de Québec

• 11 juillet 1983: Tournée Serious Moonlight (première date nord-américaine)

David Bowie en spectacle au Colisée Pepsi le 4 avril 2004.
Photo courtoisie

• 4 mars 1990: Tournée Sound + Vision (première date mondiale)

• 4 avril 2004: Tournée A Reality