/sports/others
Navigation

S’envoler vers le succès

Guillaume Boileau participera aux WindGames 2016

Coup d'oeil sur cet article

Le Québécois Guillaume Boileau s’envolera sous peu pour l’Espagne où il tentera de remporter les grands honneurs de sa catégorie aux WindGames 2016, une compétition de chute libre intérieure qui se tiendra les 22 et 23 janvier à Empuriabrava.

Pour cette compétition, Boileau s’est inscrit dans une seule catégorie, le «Neo Freestyle». Il s’est toutefois lancé un double défi, puisqu’il a lui-même composé la musique qui l’accompagnera ­durant sa performance.

«Le but est d’impressionner les juges, en solo. En gros, contrairement aux ­autres catégories, ce n’est pas le meilleur pointage ou le meilleur chrono, mais plutôt trois rondes de freestyle, deux de 45 secondes – la première à haute vitesse de vent et la deuxième à basse vitesse – et une troisième de deux minutes, a expliqué le tunneliste.

«Il faut être synchronisé avec la musique, que j’entendrai durant ma performance grâce à des écouteurs sans-fil. Pour nous noter, les juges se basent sur la difficulté technique, la fluidité et la présentation», a-t-il ajouté.

Encore en apprentissage

À la veille de son départ, Boileau en était encore à peaufiner sa chorégraphie. C’est que les possibilités de mouvements et d’enchaînements sont infinies.

«Même après six ans, je continue à en apprendre! C’est moi qui dois créer ma routine. Il ne suffit pas que de lancer des mouvements comme ça. Il faut que ce soit en relation avec la musique. Mais je crois que je pars avec une longueur d’avance en ayant fait ma propre ­musique», a-t-il souligné.

Le passionné de la chute libre, intérieure ou en saut en parachute, aura d’autres défis à relever à son arrivée en sol espagnol.

«J’ai acheté une heure d’entraînement là-bas, car je dois m’habituer dans un tunnel que je ne connais pas. Les technologies et les ventilateurs ne sont pas les mêmes en Europe. Je viens aussi de recevoir ma nouvelle combinaison et chaque fois qu’on change, on doit ­réapprendre à voler», a-t-il indiqué.

La piqûre

Boileau a eu la piqûre pour ce sport il y a cinq ans. Il avait reçu une envolée chez SkyVenture en cadeau à Noël. À ce moment, il ne savait pas que ce cadeau ­allait changer sa vie.

«Je ne savais pas trop dans quoi je voulais étudier et ce que je voulais faire de ma vie professionnelle. Mais dès que j’ai vu l’instructeur faire sa démonstration, j’ai su que c’est ce que je voulais faire», a-t-il dit.

Il a ainsi fait les démarches, a réussi à se faire embaucher comme instructeur au même endroit et a suivi sa formation.

Le jeune homme de 26 ans a ensuite commencé à participer à des compétitions, où il se retrouve régulièrement sur le podium.

Son fait d’armes jusqu’à maintenant? Une médaille d’argent au Championnat du monde de parachutisme intérieur à Singapour, en 2012.

Il espère maintenant ajouter à sa ­collection, aux WindGames.

«J’ai de très bonnes chances de finir parmi les meilleurs», a-t-il affirmé avec assurance.

♦ Pour lui donner un coup de pouce ­financier: makeachamp.com/fr/guillaumeboileau