/opinion/columnists
Navigation

Quétaine, la gentillesse?

Quétaine, la gentillesse?
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Qu’avaient en commun David Bowie, Alan Rickman et René Angelil, outre le cancer? Le talent, bien entendu, mais aussi et surtout la gentillesse. Une denrée qui semble de plus en plus rare. Pourtant, la gentillesse, comme l’amour, existe encore.

David Bowie

Dans le cas des trois disparus de la semaine dernière, leur gentillesse était légendaire. Tous ceux qui ont interviewé Bowie vous le diront – parlez-en à Sonia Benezra ou à Geneviève Borne –, c’était un prince qui faisait se sentir comme des rois les gens qu’il rencontrait.

Iggy Pop, icône et précurseur du mouvement punk américain, a raconté au New York Times que Bowie, qui l’avait pris sous son aile, était allé rencon­trer ses parents, des gens de condition plus que modeste, ce que les Américains appellent avec mépris white trash, dans la roulotte qui leur servait de domicile à Détroit.

Alan Rickman

Alan Rickman, mon acteur préféré, qui a incarné le professeur Rogue dans la série de films Harry Potter, a souvent joué des rôles de méchant. Son shérif de Nottingham dans Robin des bois, prince des voleurs, ne saurait être plus cruel, tout comme le malfaiteur Hans Gruber du premier Die Hard, qui se faisait passer pour le chef du FLQ.

Dans la vie, Rickman se démarquait par sa gentillesse dans un milieu qui en est souvent dénué. «Si tu appelles Alan, où qu’il se trouve dans le monde ou à quel point il est occupé, il te répon­dra en une journée», confiait Daniel Radcliffe à Metronews. Un serveur du restaurant londonien qu’il fréquentait, J. Sheekey, m’a dit un jour qu’Alan Rickman était le plus sweet de ses clients.

René Angélil

Et puis, il y a René Angélil. Un prince parmi les princes. Je côtoie le show-business depuis toujours. Je n’ai jamais entendu quelqu’un dire du mal de monsieur Angélil (ni de Céli­ne d’ailleurs, à part les snobs).

Je ne l’ai croisé qu’une seule fois, lorsque Céline est allée à Rome chanter pour le pape. Je travaillais en relations publiques pour la ligne aérienne choisie pour ce voyage. René Angélil m’a téléphoné pour m’avertir que Céline allait voler avec nous. J’ai vérifié le dossier et le groupe voyageait déjà en première classe. Je ne pouvais rien faire de mieux pour eux que de leur souhaiter bon voyage. N’empêche, une semaine plus tard je recevais une liasse de billets VIP pour un prochain spectacle de Céline à Montréal.

À l’heure des réseaux sociaux, pépinières de méchancetés petites et grandes, le risque est grand de croire que la gentillesse, le meilleur WD-40 social jamais inventé, est en train de disparaître au profit du cynisme – l’humour des imbéciles –, de la méfiance et du mépris pour «plus petit que soi».

Comme si la gentillesse était devenue quétaine.

Je vous quitte sur cette citation d’Alan Rickman: «Si seulement la vie pouvait être plus tendre et l’art un peu plus robuste.»

Reposez en paix, messieurs!