/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Des funérailles nationales méritées

René Angélil aura droit à des funérailles nationales.
Photo d'archives René Angélil aura droit à des funérailles nationales.

Coup d'oeil sur cet article

De son vivant, René Angélil a été snobé par une certaine élite québécoise. La Confrérie Artistique Pointue le regardait de haut, en ricanant.

J’espérais qu’au moment de sa mort, cette élite méprisante se garderait une petite gêne.

Mais non. Certains snobs considèrent que Monsieur Angélil ne mérite pas des funérailles nationales... vu que son succès commercial n’était pas de la Culture avec un C majuscule.

Ils ont craché sur lui quand il était vivant. Maintenant ils crachent sur sa tombe.

Les beaux malaises

Raymond Cloutier, comédien et directeur du Théâtre Outremont, a écrit sur Facebook qu’il éprouvait «un malaise» face à ces funérailles nationales, payées par l’État. «Ce n’est pas tant le coût qui me trouble, mais ce que cela dit sur nous. La symbolique. La célébration du bling-bling, de l’utilisation du talent à des fins purement commerciales. Succès synonyme de génie».

Pardonnez-moi, mais j'éprouve une sorte de malaise. Si tous les hommes d’affaires, les visionnaires, les...

Posté par Raymond Cloutier sur vendredi 15 janvier 2016

La «célébration du bling-bling»? Je suis d’accord que le remariage n’était pas du meilleur goût, mais peut-on résumer les 50 ans de carrière de Monsieur Angélil à une fête ostentatoire avec des chameaux?

Monsieur Cloutier va encore plus loin dans son mépris en écrivant: «J’ai mal à ma culture lorsque l’État ne fait plus de distinction entre être populaire et être signifiant».

Monsieur Cloutier est-il en train de nous dire que René Angélil est insignifiant? Que Céline Dion est insignifiante?

Sur sa page Facebook, Monsieur Cloutier répond à une internaute qui lui rappelle que Gaston Miron, Jean-Paul Riopelle et Gilles Carle ont eux aussi eu droit à des funérailles nationales. «Ils ont contribué à bâtir l’identité, l’imaginaire collectif. Ils ont donné du sens à ce que nous sommes», réplique-t-il.

Ah oui, et Céline Dion n’a pas contribué à bâtir l’identité et l’imaginaire collectif des Québécois?

En portant la parole de Luc Plamondon aux quatre coins de la francophonie, elle n’a pas aidé à donner du sens à ce que nous sommes?

Mais ce n’est pas la seule attaque contre Angélil. Sur la page Facebook de la maison d’édition Lux (qui publie entre autres Gabriel Nadeau-Dubois et Normand Baillargeon), on peut lire le venin suivant: «Nous sommes favorables aux funérailles nationales pour le citoyen Angélil si parmi les preuves de sa loyauté et de son amour pour le Québec se trouve la déclaration de ses revenus au fisc, et non leur évasion dans les paradis du sud, ou simplement dans ce paradis des milliardaires qu’est son pays d’adoption, les États-Unis».

On dit ça, parce qu’«engager des musiciens québécois et donner à la Fondation Sainte-Justine», ça nous semble un peu court comme manifestation remarquable de patriotisme.

Nous sommes favorables aux funérailles nationales pour le citoyen Angélil si parmi les preuves de sa loyauté et de son...

Posté par Lux Editeur sur lundi 18 janvier 2016

Quelle arrogance. Qu’ont-ils accompli, eux, pour cracher ainsi sur un homme mort?

Pour Cloutier, Lux et les autres, il y a deux sortes d’artistes: ceux qui font du Grand Art (et s’adressent à un public restreint) et ceux qui font beaucoup de sous (et sont forcément des artistes inférieurs).

Beurk, de l’argent, quelle horreur! Du succès? Quelle honte!

Plus qu'un impresario

René Angélil a injecté une dose de fierté et d’ambition aux Québécois. Ne serait-ce que pour ça, il mériterait des funérailles nationales. Et tant pis pour ceux qui trouvent ça kétaine.