/news/transports
Navigation

Centre de prédédouanement: Marc Garneau plaidera la cause de l’Aéroport de Québec aux États-Unis

Centre de prédédouanement:  Marc Garneau plaidera la cause de l’Aéroport de Québec aux États-Unis
DIDIER DEBUSSCHERE/JOURNAL DE QU

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, plaidera le mois prochain, devant les autorités américaines, la cause de l’aéroport de Québec qui veut se doter d’un centre de prédédouanement.

«Ça implique les États-Unis. Il faut avoir le consensus de leur côté aussi. C’est quelque chose que je vais aborder durant ma visite à Washington. Je rencontre le Secrétaire du Département de sécurité intérieure et le Secrétaire aux Transports à Washington au mois de février», a fait savoir M. Garneau jeudi matin en impromptu de presse.

Se disant conscient de l’importance de ce dossier pour Québec, le ministre a néanmoins affirmé qu’il fallait «prendre en considération toutes les demandes qui viennent à travers le Canada». Il n’a pas voulu dire si la Capitale-Nationale fera ou non partie de la liste de priorités qui sera incluse dans les demandes d’Ottawa à Washington. «Je ne vous donnerai pas une réponse aujourd’hui sur cette question», a-t-il indiqué.

Dans le dossier du centre de prédédouanement, Québec est en compétition avec d’autres villes canadiennes, dont Toronto et son aéroport Billy-Bishop.

Le temps presse

Dans le journal de jeudi, Gaétan Gagné, président et directeur général de l’aéroport a estimé que le temps pressait dans ce dossier. Selon lui, la condition essentielle est que le fédéral inscrive l’Aéroport international Jean-Lesage sur la liste des villes pouvant accueillir un tel centre au Canada.

«C’est plus compliqué que ça. C’est pas simplement une question du gouvernement du Canada», a tenu à préciser le ministre Garneau en suggérant que la balle n’était pas uniquement dans le camp d’Ottawa.

Refusant de dévoiler un quelconque échéancier, M. Garneau a admis que la campagne électorale présidentielle américaine causera assurément «une distraction». «Ça pourrait retarder, mais il faut travailler avec nos collègues américains», a-t-il répété.

Sans surprise, le ministre Sam Hamad et le maire Labeaume ont répété, jeudi matin, leur ferme appui à la demande de l’aéroport de Québec.

Actuellement, huit aéroports au Canada disposent de centres de prédédouanement américains.
 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.