/entertainment/shows
Navigation

Des artistes de Québec millionnaires sur Spotify

Les chansons des groupes Fjord et Ghostly Kisses attirent l’attention sur la plate-forme d’écoute en continu

Margaux Sauvé, du groupe Ghostly Kisses.
Photo courtoisie Margaux Sauvé, du groupe Ghostly Kisses.

Coup d'oeil sur cet article

Pendant que les grands noms de la musique québécoise peinent à se faire entendre sur Spotify, des artistes de Québec inconnus du public se sont joints au club des millionnaires de la populaire plate-forme d’écoute en continu.

Jeudi, l’ensemble des chansons que les formations Fjord et Ghostly Kisses, qui font de la pop ambiante dans le style de Milk & Bone, ont placé sur Spotify avait respectivement cumulé 2,4 millions et 998 300 écoutes pour les chansons offertes sur ce site d’écoute en continu.

Avec ses 2,1 millions d’écoutes, Blue est la locomotive du duo Fjord, composé de Thomas Casault et de Louis-Étienne Santais. Ghostly Kisses, projet de Margaux Sauvé et Dragos Chiriac, mise sur le succès de Such Words, qui en est rendue à 906 000 écoutes.

Pendant ce temps, les chansons les plus populaires de Jean Leloup, Louis-Jean Cormier, Ariane Moffatt, Kevin Bazinet et Yoan franchissent rarement le cap des 100 000 écoutes sur Spotify.

Même si leurs chansons font un tabac, les membres de Fjord et Ghostly Kisses ne sont pas prêts de laisser tomber leur emploi. Spotify ne verse en effet que 10,2 cents en redevances pour chaque tranche de 1000 écoutes.

C’est quoi, le truc?

«On fait de l’électro dream pop. On s’adresse donc nécessairement à un public de niche, mais qui se retrouve un peu partout dans le monde, car on chante en anglais. C’est aussi pour ça qu’on passe sous le radar au Québec», confie Thomas Casault.

«Nous avons mis Such Words en ligne le 30 septembre et elle s’est retrouvée sur New Music Friday, une liste d’écoute suivie par plus d’un million d’utilisateurs. En six semaines, notre chanson a été écoutée 500 000 fois. Tout ça nous a pris par surprise», indique Margaux Sauvé.

Le duo Fjord a suscité de l’intérêt dans plusieurs pays grâce à sa chanson Blue, qui compte plus de deux millions d’écoutes sur Spotify.
Photo courtoisie Sam St-Onge
Le duo Fjord a suscité de l’intérêt dans plusieurs pays grâce à sa chanson Blue, qui compte plus de deux millions d’écoutes sur Spotify.

Des courriels de partout

Adeptes du «do it yourself», les musiciens de Fjord et de Ghostly Kisses ont créé ces succès internationaux dans l’appartement qu’ils partagent (Thomas et Dragos sont colocataires) dans un demi-sous-sol du quartier Montcalm, à Québec.

«Le lendemain de la sortie de Blue, on avait reçu une panoplie de courriels de partout dans le monde, des blogues qui voulaient écrire sur notre chanson. C’est comme ça que c’est devenu viral», dit Thomas Casault.

Blue a même attiré l’attention de plusieurs compagnies de disques en Angleterre et aux États-Unis, selon le musicien.

«On a signé une entente de gérance avec une compagnie de Toronto en début de semaine. Présentement, on travaille sur trois nouvelles chansons qu’on veut sortir dans les trois prochains mois et qu’on veut inclure sur un minialbum de six ou sept chansons. On va ensuite choisir une compagnie de disques en vue d’une sortie internationale.»

Claude Bégin à la réalisation

Signe des liens tricotés serré entre les musiciens qui ont choisi d’exercer leur art dans la capitale, c’est Claude Bégin qui a réalisé Blue.

«On l’a appelé un soir en sachant qu’il habitait à cinq blocs de chez nous. On était super polis avec lui, on l’appelait M. Bégin et on lui disait qu’on admirait ce qu’il faisait. On lui a envoyé la chanson pas finie et il nous a répondu: “Je capote, les gars, pointez-vous”», raconte Thomas Casault.