/entertainment/celebrities
Navigation

«C’est le public qui me donne le courage» – Céline Dion

L’artiste et sa famille ont passé la journée d’hier à recevoir les condoléances du public

De gauche à droite, Marc Dupré, son épouse Anne-Marie Angélil, René-Charles, Céline Dion et Jean-Pierre Angélil se tenaient tout près du cercueil de René, hier, à la basilique Notre-Dame. Sous leurs yeux, des hommes d’Église ont béni le corps de l’impresario.
Photo OSA Images De gauche à droite, Marc Dupré, son épouse Anne-Marie Angélil, René-Charles, Céline Dion et Jean-Pierre Angélil se tenaient tout près du cercueil de René, hier, à la basilique Notre-Dame. Sous leurs yeux, des hommes d’Église ont béni le corps de l’impresario.

Coup d'oeil sur cet article

Digne malgré les épreuves, Céline Dion a pris le temps d’accueillir hier des milliers de personnes venues rendre hommage à son mari René Angélil, allant même jusqu’à en serrer certains dans ses bras et à en embrasser d’autres sur les joues.

«Merci d’être là. C’est vous qui me donnez le courage, c’est le public qui me donne le courage», a soufflé Céline Dion en regardant droit dans les yeux une femme qui tenait à lui offrir ses condoléances.

« J’ai compris que ma carrière était un chef-d’œuvre, sa chanson, sa symphonie à lui. [...] J’ai compris que si jamais il disparaissait, je devrais continuer, sans lui, pour lui. » – Céline Dion, dans le signet commémoratif

Entourée de ses proches et de la famille de René Angélil, Céline Dion s’est recueillie près du cercueil de «l’amour de sa vie» en avant-midi hier. Elle a essuyé plusieurs larmes et remercié tous ceux qui étaient là pour son époux.

Le public a pu lui offrir ses condoléances un peu plus tard vers 15 h au même endroit, à la basilique Notre-Dame. Chacun avait un mot d’amour et de sympathie à offrir à la vedette, dont la générosité et l’authenticité en ont surpris plus d’un. D’autant plus qu’elle était toujours à la basilique jusqu’à près de 22 h hier.

Le cercueil de l’impresario – arrivé vers 7 h hier matin – était ouvert. Autour de lui, une dizaine de bouquets de lys blancs ont été déposés. Comme la musique a bercé la vie du couple Dion-Angélil, l’hommage n’a pas fait exception. La musique classique résonnait dans la basilique où on pouvait entendre Beethoven et le pianiste André Gagnon dans un montage réalisé par Scott Price, le directeur musical de Céline Dion.

CÉLINE EST RESTÉE

Des milliers de personnes ont attendu en file devant la basilique Notre-Dame hier.
Photo Martin Chevalier
Des milliers de personnes ont attendu en file devant la basilique Notre-Dame hier.

Avant de s’adresser au public, la chanteuse a d’abord salué son époux et s’est penchée vers lui. Céline Dion, qui devait rester seulement une trentaine de minutes selon le plan établi, a finalement décidé de ne pas quitter les lieux de toute la durée de la chapelle ardente.

Vêtue d’une élégante robe noire et coiffée d’un voile translucide, elle s’est adressée à voix haute aux visiteurs présents.

«Si ça ne vous dérange pas, je vais m’asseoir un peu pour vous serrer la main», a-t-elle demandé au public qui a applaudi chaleureusement.

Avant de pénétrer dans l’église, certains visiteurs ont dû attendre plus de 5 heures au grand froid. Mais rien n’aurait pu les empêcher de saluer René Angélil et de serrer la main à la chanteuse.

«J’ai dit à Céline “sois forte” et elle m’a répondu en me regardant dans les yeux: “Je vous promets d’être assez forte”, raconte Marcel Methot de Montréal. Mes jambes sont devenues molles et c’est là que j’ai fondu en larmes».

 

Rues à éviter

 

Aujourd’hui

  • Funérailles nationales à partir de 15 h
  • À la basilique Notre-Dame de Montréal
  • Présidées par Mgr Christian Lépine
  • Télédiffusées en direct