/news/education
Navigation

Le ministère de l’Éducation est une véritable porte tournante, déplorent plusieurs acteurs du réseau

Pierre Moreau
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

En devenant ministre de l’Éducation, Pierre Moreau devient le cinquième ministre en cinq ans à la tête de ce ministère. Dans le réseau, plusieurs déplorent le fait que ce ministère soit devenu une véritable «porte tournante» au cours des dernières années.

Pierre Moreau succède à François Blais, en poste depuis le 27 février 2015, qui lui a remplacé Yves Bolduc, qui a démissionné à la suite de plusieurs controverses.

Dans le réseau de l’éducation, des critiques avaient été formulées à l’endroit de François Blais, notamment concernant son manque d’écoute et de leadership.

François Blais
Pierre Moreau
Simon Clark/Agence QMI

Même si les acteurs du réseau scolaire se disent prêts à collaborer avec le nouveau ministre, plusieurs déplorent le manque de stabilité à la tête de cet important ministère, alors que les consultations publiques sur la réforme des commissions scolaires, entamée par Yves Bolduc, devaient débuter demain.

«C’est préoccupant, lance Danielle Boucher, présidente de l’Association québécoise du personnel de direction des écoles. Il faut avoir un réinvestissement en éducation et pour ça, ça prend un pilote dans l’avion. Il faut arrêter le changement perpétuel de ministres, il y a vraiment un problème.»

Même son de cloche de la part de la Centrale des syndicats du Québec: «C’est un vrai problème, on est rendu à trois ministres avec ce gouvernement, il faut se poser des questions», affirme sa présidente, Louise Chabot. Cette dernière espère que cette nouvelle nomination viendra marquer un changement de priorité de la part du gouvernement Couillard, qui a négligé l’éducation, selon la CSQ. «Les attentes sont énormes», lance-t-elle.

À la Fédération des commissions scolaires, on rappelle que la succession de ministres a un impact négatif dans le réseau scolaire. «C’est toujours à recommencer et en bout de ligne, ce sont les élèves qui en souffrent», affirme sa présidente, Josée Bouchard.

Cette dernière déplore que les politiciens qui se succèdent mettent en place de «petites mesures populistes» pour laisser leur marque, plutôt que des changements en profondeur appuyés par la recherche en éducation.

Depuis la création du ministère de l’Éducation, il y a 40 ans, 28 ministres se sont succédé à sa tête. Plus récemment, 14 ministres l’ont dirigé en dix ans.

De son côté, Jean Bernatchez, professeur spécialisé en administration scolaire à l’Université du Québec à Rimouski, déplore aussi que le ministère de l’Éducation soit devenu une «porte tournante» au fil des ans. Il s’interroge aussi sur l’expertise de M. Moreau à la tête de cet important ministère.

«Pierre Moreau n’est pas nécessairement quelqu’un de contenu», affirme-t-il. Il s’agit d’une donnée importante dans l’équation considérant que les hauts fonctionnaires à la tête du Ministère n’ont pas non plus une grande expertise du milieu, puisqu’ils arrivent d’autres ministères, souligne M. Bernatchez. «Il y a peu de grande vision, on le voit actuellement», lance-t-il.

Ce dernier espère toutefois que Pierre Moreau saura s’imposer davantage auprès du Conseil du trésor afin d’amener un réinvestissement en éducation. Au cours de la dernière année, les compressions dans le réseau ont suscité la grogne des parents, qui se sont mobilisés en grand pour dénoncer les coupes.

Par ailleurs, la Fédération autonome de l’enseignement (FAE), qui est toujours en négociation avec le gouvernement Couillard concernant le renouvellement de leur convention collective, a réagi à la nomination de Pierre Moreau par une courte phrase de sept mots, dans un communiqué particulièrement éloquent. «Cette fois-ci doit être la bonne», peut-on lire. Ce syndicat représente environ le tiers des enseignants du primaire et du secondaire au Québec, qui travaillent dans des écoles de la grande région de Montréal et de l’Outaouais.

Les cinq derniers ministres de l’Éducation:

  • Pierre Moreau (à partir du 28 janvier 2016)
  • François Blais (27 février 2015 - 28 janvier 2016)
  • Yves Bolduc (23 avril 2014 - 27 février 2015)
  • Marie Malavoy (19 septembre 2012 - 23 avril 2014)
  • Michelle Courchesne (14 mai 2012 - 19 septembre 2012)
  • Line Beauchamp (11 août 2010 - 14 mai 2012)