/entertainment/tv
Navigation

«Je suis tellement déterminée !»

La Québécoise Gabriella espère suivre les traces de David Thibault et se rendre en finale à The Voice en France

Un an après David Thibault, Gabriella, une artiste du Québec, a fait fureur sur le plateau de l’émission The Voice samedi, en France.
Photo courtoisie Un an après David Thibault, Gabriella, une artiste du Québec, a fait fureur sur le plateau de l’émission The Voice samedi, en France.

Coup d'oeil sur cet article

La Québécoise Gabriella pourra-t-elle suivre les traces de David Thibault et se rendre jusqu’à la grande finale de The Voice, en France? À voir la réaction enthousiaste des quatre coachs lors de son audition à l’aveugle, tout semble possible pour cette artiste de 22 ans, qui ne cache pas son désir d’aller jusqu’au bout.

«Compte sur moi. Je suis tellement déterminée. Ce que je vis est irréel, c’est l’expérience d’une vie», s’est-elle exclamée au cours d’un entretien téléphonique avec Le Journal, lundi.

Samedi soir, la chanteuse originaire de Saint-Basile-le-Grand a charmé les Français quand elle a offert une interprétation à fleur de peau de The Scientist, une ballade du groupe Coldplay, en s’accompagnant au violon.

Dès les premières notes, Garou et Zazie ont retourné leurs fauteuils. Florent Pagny a suivi peu après. Mika s’est laissé désirer et ce n’est qu’à la toute fin de la prestation de Gabriella qu’il a appuyé sur son bouton.

Au grand soulagement de la Québécoise, puisque Mika, qui avait conduit David Thibault en finale l’an dernier, était son choix. Elle a d’ailleurs pleuré de joie en le voyant se retourner.

Pourquoi lui? «Ça fait 10 ans que je le connais. J’admire sa spontanéité et aussi le fait qu’il soit comme moi un auteur-compositeur-interprète qui compose en français et en anglais. Ça se rapproche de mon univers», confie Gabriella.

Pour ce qui est de sa décision de chanter The Scientist, elle en souligne le caractère intemporel. «Il n’y a personne qui se lasse de l’entendre et elle touche plusieurs générations. Et je voyais vraiment du violon dans cette chanson», explique celle qui croit que jouer d’un tel instrument lui permet de se démarquer des autres candidats.

Sa popularité explose

Après une seule présence sur le plateau de TF1, Gabriella voit déjà les effets tangibles de la visibilité que procure The Voice à un artiste qui y fait belle impression.

Passé sous silence lors de son lancement à l’automne, son premier album, The Story of Oak & Leafless, a fait son apparition parmi les meilleurs vendeurs de la boutique iTunes. Quant aux réseaux sociaux, c’est la folie, constate avec amusement la nouvelle star québécoise. Ses comptes Face­book et Twitter sont soudainement devenus très populaires.

«Ça n’a aucun bon sens. En plus, je me suis donné comme mission de répondre à tout le monde en privé», dit-elle.

Elle ajoute que des gens s’intéressent déjà à elle en France, mais qu’ils attendent de voir jusqu’où elle se rendra dans la compétition avant de parler de choses sérieu­ses.

Originaire de Saint-Basile-le-Grand, Gabrielle­­ Laberge (elle a choisi Gabriella comme nom d’artiste) a tenté sa chance à Star Académie en 2011, mais n’avait pas dépas­sé l’étape des auditions.

À The Voice, on la reverra dans environ un mois et demi, après les sept émissions consacrées aux auditions. On saura alors si d’autres Québécois participent à l’émission. La prochaine étape pour elle sera les Battles.

Lors de son audition, la Québécoise était accompagnée de son gérant Samuel Busque (Noir silence), du réalisateur de son album Christian Sbrocca et de sa professeure de violon Julie Bédard.

Pour suivre Gabriella

https://twitter.com/gabriellalab

https://www.facebook.com/Gabriella.musique/info/?tab=overview

https://www.gabriella.mu/