/news/politics
Navigation

Plongée frisquette pour les caquistes Caire et Paradis

Les deux caquistes veulent amasser 8000$ pour la fondation de l’Hôtel-Dieu de Lévis, qui rêve d’un nouveau centre de cancérologie

Coup d'oeil sur cet article

Deux mammifères inhabituels pataugeaient lundi matin dans le bassin des morses de l’Aquarium du Québec : des politiciens.

Les morses ont gentiment accepté de prêter leur frisquette piscine aux députés caquistes de la région de Québec François Paradis et Éric Caire, qui s’entrainent à la plongée en eau froide pour réaliser un défi pour une bonne cause.

Du bassin adjacent de l’autre côté de la clôture, l’imposant Boris, un colosse poilu de 2000 livres, assistait aux manœuvres d’un air intrigué en poussant des cris et des sifflements à se tordre de rire.

Crédit photo : Pierre-Olivier Fortin

Pendant ce temps, au fond de l’eau, l’entrainement de MM. Paradis et Caire est des plus sérieux. Ces derniers veulent amasser 8000$ pour la fondation de l’Hôtel-Dieu de Lévis, qui rêve d’un nouveau centre de cancérologie.

Leur objectif final sera de plonger sous la glace dans les eaux du lac Delage, à 4°C (39°F). Ils relèveront ce défi le 13 février prochain.

Les députés, tous deux amateurs de plongée, s’exécutaient l’aquarium pour une deuxième et dernière fois, en compagnie de leur maitre Paul Boissinot, qui compte 43 ans d’expérience sous la combinaison.

Une combinaison, lundi matin, qui devait être bien étanche pour ne pas trop greloter dans l’eau à 9°C (48°F).

L’équipement de 85 livres, d’ailleurs, est imposant. Il faut pourtant l’apprivoiser, comme il faut apprendre à contrôler sa respiration et à faire confiance à ses équipiers. Car sous la glace, «on ne peut pas remonter où on veut, quand on veut», fait remarquer M. Caire.

François Paradis voit une analogie avec la maladie, lui qui se remet d’un cancer depuis un peu plus de deux ans. Devant la maladie comme en plongée, dit-il, «on dépend des équipements, on dépend des gens et il faut faire confiance».

Après une vingtaine de minutes de plongée, les deux députés sont remontés essoufflés avec les visages rougis. Ce sont de bons élèves, assure l’instructeur. Ils sont pratiquement prêts pour le défi du 13 février qu’ils réaliseront avec d’autres plongeurs.

Les dons vont bon train. Plus d’information à fondationhoteldieulevis.ca.