/news/transports
Navigation

Saga Uber: Chevrette craint des «pédophiles au volant»

Saga Uber: Chevrette craint des «pédophiles au volant»
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien ministre péquiste Guy Chevrette, porte-parole pour l’industrie du taxi, estime que la réglementation est essentielle pour encadrer le transport de personnes au Québec. Sans elle, le Québec retournerait «50 ans en arrière» et se retrouverait «avec des pédophiles au volant», a-t-il déclaré à BLVD 102,1 mardi.

 C’est ce que le négociateur et porte-parole du Comité provincial de concertation et de développement de l'industrie du taxi (CPCDIT) a soutenu en ondes, interviewé par le «morning man» Stéphane Gasse, dans le cadre de la saga qui oppose l’industrie québécoise du taxi à UberX.

«Si tu veux mettre tout le monde sur un même pied d’égalité et déréglementer, ben redonne le milliard 400 millions de dollars que représente la valeur des taxis et on va se concurrencer, mais n’oblige pas un seul groupe à dépenser et à être responsable devant le public», a d’abord lancé M. Chevrette.

Ce dernier a alors soulevé que toutefois, si un tel scénario se produisait, le public ne serait plus protégé, la loi provinciale permettant de vérifier les antécédents judiciaires des chauffeurs de taxi.

«Si on fait ça (laisser tomber la réglementation), on retourne 50 ans en arrière, a-t-il aussitôt prévenu. On se retrouvera avec des pédophiles et des gens de mauvaise foi au volant et le public ne sera pas protégé. C’est un pensez-y bien, il faut réfléchir avant d’agir», a soutenu M. Chevrette, qui souhaite la désactivation de l’application UberX.

Réaction d'Uber

La déclaration du négociateur n’a pas manqué de faire réagir Uber, qui qualifie les «allégations» de M. Chevrette de «graves» et «farfelues».

«Si M. Chevrette se souciait vraiment des consommateurs et non pas du monopole syndical du cartel des taxis, il saurait que - contrairement aux taxis - une vérification des antécédents remontants jusqu'à l'âge de la majorité ainsi qu'une vérification de leur dossier de conduite de la SAAQ sont effectués pour tous les partenaires-chauffeurs Uber», a rétorqué par écrit au Journal Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole d’Uber Canada.

Ce dernier soulève également que selon les dernières statistiques, le nombre de plaintes pour agression sexuelle dans un taxi a connu une certaine augmentation depuis 2013 à Montréal.

Attristé par la situation

Par ailleurs, en entrevue à BLVD 102,1, Guy Chevrette a souligné vivre des scènes «qui lui attirent les larmes aux yeux» chaque jour, en lien avec l’arrivée d’UberX au Québec.

«Des immigrants arrivés ici qui se sont achetés une job, qui se sont cotisés entre eux et ont hypothéqué leur maison pour acheter un permis à 200 000 $, pis du jour au lendemain, ils voient arriver quelqu’un, puis ne suivre aucun règlement», déplore le négociateur.

«Ça paraît bien, c’est à la mode UberX, mais c’est une compagnie étrangère dont l’argent s’en va dans les Pays-Bas, déposé probablement dans les paradis fiscaux, a-t-il lâché. Ça ne paye pas de taxes, ne déclare même pas de liste des chauffeurs... Et est-ce qu’ils payent tous leurs impôts?», a questionné l’ancien ministre péquiste des Transports.

Ne bloquez pas les ponts, implore-t-il

Par ailleurs, alors que certains groupes de chauffeurs et de propriétaires de taxi ont menacé d’aller jusqu’à bloquer des ponts pour se faire entendre du gouvernement, Guy Chevrette, porte-parole du CPCDIT, s’oppose fermement à ce moyen de pression.

«Je ne peux pas cautionner de moyens où on prend carrément le public en otage, a-t-il indiqué. Je me dissocierais publiquement de quelqu’un qui barrerait un pont. Je fais appel à nos gens pour qu’ils ne fassent pas de moyens du genre», a insisté M. Chevrette.

«C’est clair qu’il y a une divergence de vues (sur les moyens à utiliser). L’exaspération a monté ces derniers jours, c’est effrayant. Il y a de l’agressivité. Il nous est difficile de contrôler l’utilisation des moyens, certains prennent des initiatives personnelles», a-t-il exposé.

Vous pouvez écouter l'entrevue de M. Chevrette à BLVD 102.1 en cliquant ci-dessous.