/news/health
Navigation

Virus Zika: «Un risque minime», dit le directeur médical des Jeux olympiques

«Les athlètes doivent venir aux Jeux olympiques. Ils ne sont pas en danger» - Dr Joao Grangeiro

Virus Zika: «Un risque minime», dit le directeur médical des Jeux olympiques
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Sans surprise, une horde de journalistes attendait de pied ferme les organisateurs des Jeux olympiques de Rio, mardi, lors d’une conférence de presse.

Bien qu’on devait faire le point sur la construction des installations et la vente de billets, c’est plutôt l’épidémie du virus Zika qui a été au centre de l’attention.

Alors que le Zika sévit avec force au Brésil et que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a décrété lundi  l’«urgence mondiale», le directeur médical des Jeux olympiques, le Dr Joao Grangeiro, a souhaité calmer le jeu.

«Les athlètes doivent venir aux Jeux olympiques, a-t-il lancé. Ils ne sont pas en danger.»

Accompagné des responsables de la santé du gouvernement brésilien, le Dr Grangeiro a également rappelé que les organisateurs travaillent de concert avec l’OMS et suivent ses recommandations au pied de la lettre.

Les JO d’hiver

Si les JO d’été se déroulent au mois d’août prochain, il faut savoir que ce sera l’hiver au Brésil, ce qui n'est pas la période privilégiée de reproduction pour les moustiques.

«Nous aurons des Jeux d'été, mais pour nous, c’est l’hiver, a poursuivi Grangeiro. Nous ne voulons pas d'une épidémie ou d'une situation de pandémie. Nous ne pouvons pas dire qu’il n’y aura pas de cas [pendant les Jeux], mais nous voyons cela comme un risque minime.»

Le secrétaire du département de la santé de Rio, Daniel Soranz, a mentionné que les moustiques qui rodent autour du Parc olympique ne sont pas du même type que ceux qui transmettent le Zika.

«Nous prenons des actions quotidiennes afin de diminuer le nombre de moustiques», a-t-il assuré.

Le chef de cabinet du président du Brésil, Jacques Wagner, a rappelé qu’il n’y a pas de risque pour les athlètes, à moins «qu’elles soient des femmes enceintes.»

Appel au calme

Pour sa part, le président du Comité international olympique (CIO) Thomas Bach a tenu à apaiser les appréhensions.

«Nous sommes en relations étroites avec l'OMS, nous sommes en contact avec tous les comités olympiques nationaux qui sont de leur côté en contact avec les autorités sanitaires de leur pays», a-t-il annoncé.

«Aucune interdiction de voyager n'a été lancée.»