/entertainment/movies
Navigation

Les Rendez-vous du cinéma québécois: 330 films d’ici

Rendez-vous du cinéma québécois
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Pascale Bussières

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – Pas moins de 330 films seront présentés lors de la 34e édition des Rendez-vous du cinéma québécois (RVCQ), qui prendra place du 18 au 27 février prochain à Montréal.

Le film d’ouverture sera «Boris sans Béatrice», une œuvre qui sera présentée en grande première mondiale au Festival international du film de Berlin dans quelques jours.

La programmation complète a été dévoilée mercredi midi, lors d’une conférence de presse. Le seul festival qui se consacre entièrement au Cinéma d’ici espère que le public québécois se rapprochera de son cinéma.

Il lui en donne l’occasion en présentant notamment 125 premières, 46 longs métrages de fiction, 92 documentaires, 30 événements gratuits, une projection-spectacle extérieure et cinq grandes soirées tapis bleu pour les films «Avant les rues», «Copenhague – A love story», «Cris sur le bayou», «Montréal Blanche», ainsi que le film d’ouverture de Denis Côté «Boris sans Béatrice», mettant en vedette James Hyndman.

«C’est l’histoire d’un homme qui est à côté de ses pompes, sa femme est dépressive. Leur couple ne va pas. L’argent compte beaucoup. Mais le destin vient le visiter pour lui donner une chance de changer tout ça. Tout le cinéma de Denis a un élément mystérieux et énigmatique. On ne sait pas trop jusqu’à quel point on est dans la réalité», explique James Hyndman, qui espère que tout le stress tombera après la première au Festival de Berlin, où se trouveront entre autres George Clooney, Scarlett Johansson, Nicole Kidman et Jude Law.

De la diversité

Ce sera l’occasion de voir les cinq longs métrages qui se retrouvent dans la catégorie «meilleur film» au prochain gala des Jutra, mais aussi d’assister à l’«Elvis Gratton Picture Show», présenté en collaboration avec le festival Montréal en Lumière durant la nuit blanche, d’amener la marmaille voir des films d’animation, d’explorer la technologie immersive ou d’assister à des classes de maîtres que donneront notamment André Turpin et Philippe Falardeau.

Pour Pascales Bussières, la porte-parole du festival cette année, il est impératif que les Québécois donnent de l’amour et de l’attention aux films d’ici. Les Rendez-vous en sont une occasion en or.

«C’est une vraie réunion qui permet de comprendre les enjeux de notre cinéma. Les difficultés, les réalités. On fait énormément de productions chaque année, et pas tant de gens les regardent. C’est un problème intéressant. Il faut encourager les gens à voir du québécois», mentionne-t-elle.

Pour la comédienne, aller voir les films au cinéma est la meilleure façon de les consommer. «C’est encore un événement collectif. Il n’y en a pas beaucoup de lieux de rassemblement comme ça. Ça n’a pas le même impact que dans son sous-sol, où tu peux manger, appeler ta mère, écrire à ton chum et envoyer quatre courriels», ajoute-t-elle.

Projection-concert

Parmi les événements qui piquent la curiosité, notons la projection-concert intitulée «Lost Soul» que donnera Anik Jean au Théâtre Outremont le 24 février.

Un film a été créé sur toutes les chansons de son prochain album. «Ça m’a inspiré une histoire. Celle d’une femme mariée avec deux enfants, qui un jour abandonne tout, même sa famille, pour aller vivre dans le bois. Les gens ne savent pas si elle est en vie ou non, ils la cherchent. C’est sur la détresse féminine», explique la chanteuse.

Elle jouera donc «live», toutes les pièces de son album, ainsi que les pièces instrumentales qu’elle a créées pour le projet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.