/opinion/columnists
Navigation

La liberté à 14 ans

Coup d'oeil sur cet article

Pourquoi les jeunes fugueuses peuvent-elles aller et venir comme bon leur semble au Centre jeunesse de Laval? C’est simple. Parce qu’elles en ont le droit. À 14 ans, un enfant est considéré comme majeur par le Code civil. Majeur! Vous avez bien lu!

Il peut donc travailler, gagner de l’argent et le dépenser à sa guise. Les parents auront beau se plaindre que leur enfant s’égare, se drogue et fréquente des gens louches, ils n’ont rien à dire. Les parents sont les témoins impuissants d’un système qui trouve tout à fait normal qu’un enfant soit traité en adulte.

Le Code stipule même qu’un jeune de 14 ans peut recevoir des cadeaux sans que ses parents puissent en connaître la source. Et on s’étonne que les proxénètes aient le champ libre. On dirait que le Code civil a été écrit pour eux. Les pimps n’ont qu’à tendre la main.

Trop de droits

Les enfants d’aujourd’hui sont informés. Ils ne se gênent pas pour renvoyer au visage du parent qu’il n’a plus le droit de s’ingérer dans leur vie. «Je fais ce que je veux. J’ai 14 ans.»

Une ado peut refuser de se faire soigner. La mère de Kelly Martin-Nolet, qui s’inquiétait que sa fille prenne de l’ecstasy, l’a amenée à Sainte-Justine. Sa fille a refusé les soins. La mère n’a rien eu à dire. Et quand les parents insistent, le médecin leur dit d’attendre dehors.

Et les droits des parents ?

Que reste-t-il aux parents d’enfants mineurs pour faire respecter leur autorité? Quand leur jeune peut les envoyer paître en brandissant le Code civil, il ne leur reste qu’à passer des nuits blanches à pleurer leur enfant perdu.

Belle société qui fait semblant de ne pas voir que ses enfants sont en danger! Sommes-nous vraiment incapables de gérer des jeunes tombés dans le panneau de l’argent vite fait qui croient que la liberté, c’est de faire des pipes à 20 piastres?