/news/politics
Navigation

Le pays toujours en «lune de miel» avec Trudeau

Canada's PM Trudeau speaks in the House of Commons in Ottawa
REUTERS Pour 40 % des Canadiens consultés, Justin Trudeau demeure celui qui, parmi tous les chefs de partis fédéraux, incarne le meilleur premier ministre du Canada.

Coup d'oeil sur cet article

Cent jours après avoir chassé Stephen Harper du pouvoir à Ottawa, les Canadiens sont toujours en lune de miel avec leur nouveau premier ministre, Justin Trudeau.

Si des élections fédérales avaient eu lieu la semaine dernière, 49 % des électeurs auraient voté pour le parti libéral de Justin Trudeau, révèle un sondage Léger – Le JournalLe Devoir. Cela représente 10 points de pourcentage de plus que la performance obtenue le 19 octobre dernier.

«La lune de miel perdure, [...] c’est quand même impressionnant», a commenté Christian Bourque, vice-président recherche chez Léger.

Si le Parti libéral voit ses appuis augmenter, ceux des conservateurs demeurent relativement stables (27 %) malgré le départ de Stephen Harper aux commandes du parti et l’arrivée en poste de Rona Ambrose à titre inté­rimaire.

Mulcair amoché

En dépit des critiques formulées à son endroit à la suite de sa réaction aux attentats terroristes, le chef libéral bénéficie toujours et encore d’une cote d’appréciation impressionnante, révèle le coup de sonde.

Le taux de satisfaction à l’égard du nouveau gouvernement atteint 54 %. «Un taux élevé, même très élevé de satisfaction dans un système à plusieurs partis. Ce sont d’excellents résultats pour le gouvernement», a dit M. Bourque.

Pour 40 % des Canadiens consultés, Justin Trudeau demeure également celui qui, parmi tous les chefs de partis fédéraux, incarne le meilleur premier ministre du Canada.

Thomas Mulcair arrive deuxième, mais obtient la faveur de seulement 10 % des répondants. Encore amoché à la suite d’une lourde défaite électorale, le leader néo-démocrate ne fait pas mieux dans les intentions de vote, où il récolte l’appui de seulement 15 % des répondants.

Trudeau indemne

Ni la décision de mettre fin aux frappes aériennes contre l’État islamique en ramenant les CF-18 à la maison, ni le cafouillage diplomatique à la suite des attentats au Burkina Faso ne semblent ébranler la popularité du nouveau premier ministre.

Bien que les électeurs soient divisés sur ces enjeux, nombreux sont ceux qui n’ont pas d’opinion tranchée, surtout en ce qui con-cerne la suite donnée par le gouvernement Trudeau aux attentats de Ouagadougou.

«Ce n’est pas une crise qui a fait mal à Justin Trudeau de façon importante», constate notre sondeur.

Une majorité de répondants considère aussi que les actions menées par le gouvernement Trudeau ont eu un impact positif sur la scène internationale.