/entertainment/radio
Navigation

(AUDIO) Gilles Parent et Denis Gravel en furie contre les panneaux des Leclerc

Coup d'oeil sur cet article

«J’ai honte de ce qu’ils ont fait, vraiment honte. Jusqu’au bout des doigts, à la puissance dix.» L’animateur Gilles Parent a vivement critiqué en ondes mardi après-midi le «stunt» publicitaire signé Leclerc Communication. L'animateur de CHOI Radio X Denis Gravel a aussi profité de sa tribune quotidienne pour exprimer sa frustration sur le coup de pub des Leclerc.

«On se disait tous : “j’espère que c’est pas une autre radio qui plante les autres radios. Ce serait ben le bout de la marde"», a réagi l’animateur au début de son émission quotidienne.

Gilles Parent n’a pas mâché ses mots pour dénoncer le coup publicitaire visant à mettre en valeur la station BLVD 102,1 et son émission matinale, Québec Aujourd’hui, pilotée par Stéphane Gasse.

Gilles Parent
Photo d'archives, Le Journal de Québec
Gilles Parent

«Quand dans notre propre média radio, on va attaquer les autres sous le couvert du redressement de torts, ça, je le prends pas, sincèrement. Ouch, je dirais», a-t-il affirmé.

«Le problème avec cette publicité-là, c’est qu’on envoie un communiqué qui justifierait le fait d’utiliser les radios poubelles en disant : “dans le fond, on voulait dénoncer la généralisation dont est victime la radio, [...] on voulait redonner les lettres de noblesse à la radio, alors on fait des affiches en disant qu’à Québec, il y a juste des radios poubelles”. Pis là on va arriver avec une deuxième étape où on va dire “faux, y a des radios intelligentes”, avec la face de Stéphane Gasse. Qu’est-ce que vous pensez que le public pense? Le public dit : y a des radios poubelles, et y a Stéphane Gasse. C’est ça, arrêtez de vous justifier, broder et pis brasser. C’est des idioties», a enchaîné l’animateur.

Photo courtoisie, BLVD 102,1

«Arrêtez, assumez, a-t-il dit en s’adressant à la famille Leclerc, propriétaire de BLVD FM et WKND. Dans le fond, ce que vous vouliez faire, c’est un shortcut. Vous savez que vous avez changé de nom, vous avez scrappé le nom CKOI, vous arrivez avec BLVD et vous faites un hybride pour essayer de pogner tout le monde. [...] Y a pas de raccourci pour établir une marque, a insisté l’animateur du retour à la maison. L’écoute radio, c’est des habitudes. C’est long des habitudes à changer, pis y a pas de court-circuit de même qu’on peut faire en écrasant notre propre média et en essayant de s’élever là-dedans.»

Gasse «pogné avec des conneries de même»

Selon Gilles Parent, cette campagne publicitaire pour mousser la nouvelle station de radio BLVD 102,1 n’est pas à la hauteur de l’animateur qu’elle mettra en vedette dans sa deuxième phase.

«Je connais Stéphane Gasse, je le respecte et je l’aime, et je sais qu’il est pogné avec des conneries de même, pour les entériner», a soutenu Gilles Parent.

«C’est un gars pas mal plus brillant que ça. Y a travaillé à Radio-Canada, au 93, à CHOI; c’est un gars intègre, qui aime le métier, pis les stupidités que les Leclerc lui font faire, il doit certainement pas être d’accord avec ça, bien que je l’ai vu tantôt à LCN faire semblant qu’il aimait ça.»

«Abominable»

L’animateur à CHOI 98,1 et ancien collègue de Stéphane Gasse, Denis Gravel, a également dénoncé la campagne publicitaire de Leclerc Communication qui, selon lui, «déshonore la radio de Québec».

Denis Gravel
Photo d'archives, Le Journal de Québec
Denis Gravel

«Je trouve ça abominable cette campagne de publicité là, a-t-il affirmé en ondes dans son émission du retour, mardi après-midi. Ça me montre qu’encore une fois, le milieu de la radio à Québec est capable lui-même de se déshonorer. On n’a pas besoin du monde qui rit de nous autres à Montréal, pas besoin des émissions de Radio-Canada, pas besoin des sites internet “Sortons les poubelles” pis ces cochonneries-là... On est en masse capable de décrédibiliser et de faire honte à notre milieu nous-mêmes, entre nous autres», a déploré Denis Gravel.

«Quand une station de radio de Québec utilise l’expression radio poubelle pour parler des radios de Québec, 1) elle se déshonore, 2) elle déshonore ses artisans qui ont travaillé pendant des années dans des radios qu’elle qualifie de radios poubelles», a-t-il poursuivi.

«Vous venez piger votre talent dans des radios poubelles (NDLR : Stéphane Gasse a quitté CHOI l’été dernier puis est devenu morning man à BLVD), pis après ça vous allez dénigrez ces stations de radio là et ses auditeurs. Ça marche pas, ça marche pas», a soulevé l’animateur.

«À moyen long terme, les frères Leclerc ont pris un paquet de cash avec lequel y auraient pu engager au moins quatre bonnes personnes que je connais qui sont sans emploi depuis une semaine, pis ils l’ont tiré dans le feu. [...] Quand ils vont repenser à l’argent qu’ils ont mis là-dedans versus ce qu’ils auraient pu faire avec, probablement que ça va faire mal aux biscuits», a-t-il illustré.

«Moi, une station de radio de Québec qui se tire un rang à dénigrer les autres stations de radio comme Montréal le fait, c’est un pas dans une très mauvaise direction, estime l’animateur. Constamment, la radio de Québec et ses artisans se déshonorent eux-mêmes, et ce milieu-là devient de plus en plus merdique. C’est pour ça que ça fait encore plus de peine quand de bonnes personnes perdent leur job au détriment de gens qui sont méprisables, et au micro et dans la vie», a-t-il conclu.

Vous pouvez écouter les interventions musclées de Gilles Parent et de Denis Gravel en cliquant ci-dessous.