/news/politics
Navigation

La vapeur de l’incinérateur pour chauffer le futur mégahôpital?

incinerateur
Photo les archives, Le Journal de Québec

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Québec étudiera la possibilité d’alimenter en chaleur le futur mégahôpital de l’Enfant-Jésus et le futur écoquartier de la Pointe-D’Estimauville avec la vapeur de l’incinérateur.

L’usine Stadacona de Papiers White Birch achète «beaucoup moins de vapeur qu’auparavant depuis sa réouverture», a expliqué au Journal le porte-parole de la Ville de Québec David O’Brien. La Ville vend également de la vapeur à l’entreprise Glassine Canada, sur le boulevard Montmorency.

Ces deux contrats ne suffisent toutefois pas à valoriser la totalité de l’énergie produite. Une quantité importante de vapeur s’envole littéralement en fumée dans l’atmosphère.

Le «réseau de chauffage urbain» projeté pourrait également alimenter l’Institut universitaire en santé mentale (anciennement Robert-Giffard) et la zone industrielle Maizerets/Vieux-Limoilou.

Subvention du fédéral

Ottawa a accordé une subvention de 63 300 $ à la Ville de Québec pour mener une étude de faisabilité. La ministre de l’Environnement Catherine McKenna en a fait l’annonce mercredi. Le projet de la Ville de Québec a été sélectionné parmi une vingtaine de projets financés le Fonds vert municipal, administré par la Fédération canadienne des municipalités.