/news/currentevents
Navigation

La victime de Donald Brashear aurait modifié ses antécédents médicaux

C’est jeudi que Donald Brashear doit se faire entendre dans le cadre de ce procès au civil qui doit prendre fin vendredi.
Photo Le Journal de Québec, Annie T. Roussel C’est jeudi que Donald Brashear doit se faire entendre dans le cadre de ce procès au civil qui doit prendre fin vendredi.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme qui poursuit l’ancien batailleur du Canadien de Montréal Donald Brashear pour la somme de 378 500 $ a peut-être modifié légèrement ses antécédents médicaux pour «monter» sa poursuite.

C’est du moins ce que prétend l’avocat Jean-François Bertrand, qui défend celui qui est poursuivi à la suite d’un coup de poing qu’il a donné à Éric Labelle en mars 2011, à la suite d’une partie de hockey disputée dans la Ligue nord-américaine de hockey.

Pendant qu’il faisait subir un contre-interrogatoire à l’expert de la poursuite, Me Bertrand a fait dire au médecin Charles Leclerc que le poursuivant avait omis de lui dire que ce n’était pas la première fois qu’il avait une commotion cérébrale.

De plus, le médecin a avoué que jamais M. Labelle, qui occupe un poste de constable au Parlement canadien et qui, à l’époque des faits reprochés, évoluait au sein du Caron et Guay de Trois-Rivières, ne lui avait dit qu’il souffrait d’anxiété et d’insomnie avant les événements qui le lient à Brashear.

Absence de lésion

L’expert du défendeur, le médecin Pierre Frémont, a pour sa part analysé le dossier médical de celui qui aurait fait les frais du bagarreur.

Selon ce qu’il a mentionné, Éric Labelle aurait plutôt été victime d’un traumatisme crânien «léger» plutôt que «modéré» comme il est soutenu dans la poursuite en raison de l’absence «d’une lésion cérébrale».

De plus, il a souligné qu’entre les mois de mars 2011, date à laquelle sont survenus les événements, et août 2013, Éric Labelle ne s’est rendu à aucun rendez-vous avec un médecin, son dossier de la RAMQ étant vierge.

Bagarre

Rappelons que les faits reprochés à Donald Brashear se sont produits lorsqu’il jouait pour le 3L de Rivière-du-Loup.

Alors en séries éliminatoires, les deux hommes se seraient croisés dans le stationnement de l’aréna à la fin de la partie et c’est à cet endroit que le coup a été porté contre Labelle.

Notons que Brashear avait également été accusé au criminel dans cette affaire. Il avait été reconnu coupable de voies de fait simples et avait écopé d’une condamnation avec sursis et d’une probation de 18 mois.

Le juge Gérald Laforest l’avait aussi condamné à payer une amende de 6000 $.

En 16 saisons dans la LNH, Brashear a accumulé 2634 minutes de pénalité, ce qui le place au 15e rang à ce chapitre dans l’histoire de la LNH.

C’est jeudi que Donald Brashear doit se faire entendre dans le cadre de ce procès au civil qui doit prendre fin vendredi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.