/slsj
Navigation

Saint-Ludger-de-Milot: centaine d’emplois maintenus

Coup d'oeil sur cet article

La Coopérative forestière de Petit Paris a annoncé, mercredi, un investissement de 4 millions de dollars à la scierie de Saint-Ludger-de-Milot, au Lac-Saint-Jean. Il s’agit d’une bonne nouvelle pour l’industrie forestière et pour la petite municipalité qui maintient plus de 200 emplois.

La compagnie injecte 4 M$ dans ses installations afin de moderniser le séchage de la scierie.

L’investissement permettra d’alimenter le séchoir à vapeur en réutilisant l’écorce comme source d’énergie plutôt que le mazout. La facture d’énergie s’en retrouvera ainsi allégée et la capacité de séchage du bois augmentera de 20 %.

Cette annonce rassure les travailleurs qui doivent vivre dans l’incertitude de l’industrie forestière.

La Coopérative Le Petit Paris emploie 100 travailleurs en usine, et 135 en forêt.

UNIQUE ACTIONNAIRE

Avant d’entamer le processus de rénovation de la scierie, la Coopérative Le Petit Paris a racheté les parts de Produits forestiers Résolu, soit 50 % de l’entreprise.

Le montant du rachat de PFR n’a pas été précisé, mais il devenait inévitable, selon le directeur général de la Coopérative, Alain Paradis.

«On ne s’entendait pas sur les conditions nécessaires pour faire les investissements. C’est là qu’on a décidé de se séparer et de continuer à collaborer», a-t-il avoué sans aller plus loin.

Depuis le 1er février, la Coopérative est l’unique actionnaire. L’entente avec PFR contraint la multinationale à vendre le bois d’œuvre de la Coopérative, qui négocie avec d’autres clients pour la vente de ses copeaux.