/news/currentevents
Navigation

Donald Brashear a donné un jab pour éviter d’être attaqué

L’ancien homme fort du Canadien de Montréal Donald Brashear.
Photo Le Journal de Québec, Annie T. Roussel L’ancien homme fort du Canadien de Montréal Donald Brashear.

Coup d'oeil sur cet article

C’est pour éviter d’être attaqué que l’ancien homme fort du Canadien de Montréal Donald Brashear a donné un jab à la tête de l’homme qui le poursuit pour 378 500 $, lors d’une rixe ayant eu lieu dans un stationnement de Rivière-du-Loup en mars 2011.

C’est du moins ce qu’a raconté jeudi Brashear, qui, à l’époque, évoluait dans la Ligue nord-américaine chez les 3L de Rivière-du-Loup.

Le week-end, les joueurs de cette ligue qui recevaient un salaire de quelques centaines de dollars se retrouvaient pour disputer des matchs plutôt musclés.

C’est au sortir de l’une de ces rencontres que les esprits de Brashear et Éric Labelle se sont échauffés.

«Niaisage»

Après la partie, pendant qu’il se trouvait dans sa voiture avec deux coéquipiers, Brashear est passé près de l’autobus du Caron et Guay de Trois-Rivières.

Si tous les joueurs se sont déplacés pour laisser passer le véhicule, Éric Labelle, lui, est demeuré devant la voiture, selon les versions offertes jeudi.

«C’était du niaisage et, dès qu’il s’est tassé, il a donné un coup sur mon rétroviseur. Je suis sorti de l’auto et, là, il m’a demandé c’était quoi, mon hostie de problème. C’est à ce moment-là que je lui ai donné un jab, et si j’ai donné le premier coup, c’est parce que je me sentais pris et que si ce n’était pas moi qui le donnais, c’est lui qui l’aurait fait», a dit l’homme d’un seul souffle, du haut de ses 6 pieds 2 pouces.

Une fois le coup porté, Brashear a repris place dans la voiture et a quitté le stationnement.

«J’ai jeté un œil dans le rétroviseur pour savoir s’il se relevait parce que s’il était resté couché par terre, je serais resté parce que je savais déjà qu’est-ce que ce geste allait impliquer», a-t-il ajouté.

Commotion cérébrale

Au début des années 2000, lorsqu’il jouait avec les Canuks de Vancouver, Brashear a reçu un coup de bâton à la tête qui l’a fait chuter tête première sur la glace, provoquant une commotion cérébrale qui l’a éloigné du jeu pendant 25 matchs.

Contrairement à celui qu’il a frappé et qui dit que sa «carrière» dans la Ligue nord-américaine s’est terminée ce jour-là, il est toutefois revenu sur la patinoire et joue à l’occasion encore aujourd’hui.

«Je m’excuse à M. Labelle pour tout le tort que ça a pu causer. Je trouve la situation vraiment plate. Je lui souhaite de se remettre en forme et de revenir dans la ligue. Et je veux lui dire aussi qu’il n’a pas à avoir peur de moi, comme il l’a mentionné, quand il va aux toilettes du palais de justice», a-t-il dit en terminant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.